Si vous pensez être atteint d’une addiction comportementale, ou qu’un de vos proche l’est, il est conseillé de consulter un professionnel de santé. Penser réussir à s’en sortir seul est souvent une erreur car certaines addictions nécessitent la mise en place d’un parcours de soin adapté. La motivation est un facteur déterminant mais l’accompagnement peut être nécessaire afin que la guérison soit durable et qu’une addiction ne viennent pas en remplacer une autre.
  • Vous pouvez en premier lieu consulter votre médecin généraliste, qui pourra évaluer votre degré de dépendance, vous conseiller sur les démarches nécessaires pour modérer ou cesser votre pratique, et vous orienter vers des spécialistes. 
  • Vous pouvez également vous orienter vers des psychiatres ou psychologues en cabinet ou en centres de santé (Centre Médico-Psychologique / Centre Médico-Psycho-Pédagogique). Certains sont spécialisés dans le domaine des addictions. 
  • Les « Centre de Soins, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie » (CSAPA), organismes gratuits et confidentiels répartis sur le territoire, sont consacrés aujourd'hui à toutes les conduites addictives. Ils accueillent aussi bien les personnes dépendantes, que leur proche, afin de les informer et les orienter. L’évaluation médicale, psychologique et sociale du patient et/ou de l’entourage réalisée dans ces centres permet d’établir un parcours de soin adapté et d’accompagner chaque cas dans sa spécificité. 
  • Certains hôpitaux disposent de structures spécialisées dans les addictions : des unités hospitalières d’addictologie. Vous pouvez y être reçu sur rendez-vous pour des consultations externes. Ce sont des lieux d’écoute, d’évaluation et d’accompagnement des personnes souffrants de conduites additives. 

Accompagnement spécifique au public « jeune » 

  • Un dispositif spécialisé pour les jeunes : les consultations jeunes consommateurs. Une équipe médicale pluridisplinaire reçoit des jeunes de 12 à 25 ans afin de faire le point sur leur(s) addiction(s), qu'elles soient à une substance ou comportementales, les conseiller pour réduire les risques et les aider à l’arrêt. Ces lieux sont gratuits et confidentiels. Les jeunes peuvent s’y rendre seuls ou accompagnés (parent, proche). 
  • Point accueil écoute jeunes (PAEJ) : Ce sont des lieux d’accueil, d’écoute et d’échange. Gratuit et anonymes, ils ont notamment pour mission de prévenir les conduites à risques des jeunes de 16 à 25 ans (désocialisation ou risque de santé). 

Pour aller plus loin