La rougeole touche actuellement plusieurs régions françaises et l’augmentation rapide du nombre de cas depuis le début de l’année fait craindre une nouvelle épidémie importante sur l’ensemble du territoire.

Après avoir diminué entre 2012 et 2016, le nombre de cas de rougeole augmente de nouveau de manière importante depuis novembre 2017. A ce jour, 913 cas ont été déclarés dans 59 départements (voir carte ci-dessous). Parmi eux, 201 hospitalisations et un décès sont observés.

Distribution géographique des cas déclarés au cours des 12 derniers mois du 17/02/17 au 16/02/18 (n=885) / Geographical distribution of notified measles cases during last 12 months, 17/02/17 to 16/02/18 (n=885)

Le contexte

Les autorités sanitaires précisent qu’à ce jour, aucun département n’atteint la couverture vaccinale de 95 % pour permettre l’élimination de la maladie et ainsi protéger les nourrissons, les femmes enceintes et les personnes immunodéprimées ne pouvant être elles-mêmes vaccinées.

Depuis le 1er janvier 2018, la vaccination contre la rougeole est obligatoire chez le nourrisson, qui doit recevoir une dose du vaccin (ROR) à l’âge de 12 mois et une seconde dose entre 16 et 18 mois. Le vaccin ROR est remboursé à 100 % par la Sécurité sociale pour tous les enfants jusqu’à 17 ans inclus. À partir de 18 ans, le taux de remboursement est de 65 % et votre complémentaire santé intervient en complément, à hauteur du ticket modérateur (35 %).

La maladie

La rougeole est une infection virale très contagieuse : une personne malade peut en contaminer entre 15 et 20). Les médecins ont obligation de déclarer les cas qu'ils diagnostiquent aux autorités de santé.

Les symptômes

Elle se manifeste par :

  • une rhinite (nez qui coule)
  • une conjonctivite : yeux rouges et qui pleurent, paupières gonflées, sensibilité à la lumière
  • une toux
  • une fièvre très élevée et d'une grande fatigue (asthénie)
  • parfois des tâches blanches à l'intérieur des joues : signe caractéristique de la maladie mais non récurrent
  • une éruption cutanée qui arrive en dernier et permet un diagnostic clair de la maladie. Les autres symptômes n'étant pas caractéristiques de la rougeole.

Modes de transmission, complications et traitement

Elle se transmet par l'air, lors de toux, éternuements, mouchage, ou par contact par des mains souillées et la guérison nécesite une dizaine de jours. Certaines personnes plus fragiles peuvent cependant développer des complications plus ou moins graves. Les complications peu sévères peuvent être :

Les complications graves peuvent être :

  • une pneumonie (fréquence : 6 % des cas de rougeole)
  • une kératoconjonctivite (fréquence en France : rare)
  • une atteinte du foie ou des reins
  • une complication neurologique
    • encéphalite 1/1000 cas : fièvre élevée, :maux de tête, troubles de la conscience. Elle peut aboutir au décès de la personne malade ou engendrer de graves séquelles (troubles mentaux, paralysie, épilepsie)

A noter que les complications, notamment neurologiques ou pulmonaires, sont plus fréquentes chez nourrissons et les jeunes adultes et peuvent être très graves. 

Le meilleur moyen de s’en prévenir reste la vaccination.

Les précautions à prendre

Il n’existe pas de traitement spécifique pour la guérir mais quelques précautions permettent de réduire la contagion. En cas de contamination, il convient donc :

  • d’appliquer les mesures d’hygiène pour limiter sa propagation : se tenir à l'écart de son entourage, porter du masque
  • de prévenir son entourage familial, social et professionnel afin que chacun puisse vérifier s’il est correctement vacciné.

Pour aller plus loin