Saviez-vous que l’air intérieur est souvent plus pollué que l’air extérieur ? Cela s’explique par l’existence de polluants intérieurs, qui trouvent leur origine dans les meubles, sols, peintures, fournitures scolaires, produits ménagers, etc.

Les écoles n’échappent pas à ce constat. On y mesure même une concentration de polluants souvent plus importante que dans les autres lieux de vie. La densité d’occupation des locaux et un renouvellement de l’air souvent insuffisant expliquent ce phénomène.

Quels sont ces polluants que l’on retrouve dans l’air intérieur ? Outre le monoxyde de carbone, on s’intéresse aujourd’hui de près aux composés organiques volatiles, et plus précisément au formaldéhyde et au benzène.

Par exemple, un bureau composé de bois agglomérés diffuse du formaldéhyde et ce durant près de 15 ans. Or, on connaît aujourd’hui l’impact de cette substance sur les voies respiratoires, et son caractère cancérigène est démontré.

Longtemps négligée, la qualité de l'air intérieur est aujourd’hui un sujet de santé publique majeur. La loi portant engagement national pour l’environnement a rendu obligatoire la surveillance de la qualité de l’air intérieur dans les écoles maternelles et les écoles élémentaires[1].

Les enfants passent en moyenne 90% de leur temps dans des lieux clos dont une grande partie à l’école. Ils sont donc particulièrement exposés à ces polluants intérieurs.

Une mauvaise qualité de l’air peut favoriser l’émergence de symptômes tels que maux de tête, fatigue, irritation des yeux, du nez, de la gorge et de la peau, vertiges ainsi que les manifestations allergiques et l’asthme.

La pollution de l’air intérieur est invisible et ses conséquences sur la santé encore peu connues du grand public. Améliorer la qualité́ de l’air est l’affaire de tous : équipe de direction, enseignants ou animateurs, personnel chargé de l’entretien et services techniques responsables de la maintenance, chacun peut agir dans son domaine. En ce sens, Eco-Ecole propose des outils pour aider les écoles et établissements à s’emparer du sujet et à mettre en place des actions concrètes.

Quelles sont les solutions pour améliorer la qualité de l’air intérieur dans les écoles?

Outre l’achat de produits moins polluants (mobilier en bois brut non traité, peintures écologiques et produits d’entretien écologiques,…), il est également primordial d’aérer et ventiler les bâtiments scolaires. Une étude danoise a montré qu’un doublement de la ventilation dans les salles de classe augmentait les performances des enfants de 15 %, soit l’équivalent d'une année d’enseignement[2].

En 2016-2017, pour leur dixième année de participation à Eco-Ecole, l’école de Sainte-Foy dans le Lot-et-Garonne a travaillé sur le thème de la santé. Après avoir mis en place des actions pour améliorer le tri et cultiver un jardin pédagogique, les participants au projet ont eu envie de se mobiliser pour créer un environnement scolaire plus sain et confortable pour tous les usagers de l’école. Les élèves accompagnés de leurs enseignants se sont intéressés aux fournitures scolaires et ont découvert que leurs crayons, feutres, colles et autres surligneurs contenaient des substances polluantes pour l’air intérieur et nocives pour la santé. Ils ont alors décidé d’établir une liste de fournitures scolaires écologiques en partenariat avec les parents d’élèves et des spécialistes de la santé-environnement.

«Nous souhaitions informer et éclairer les acheteurs, les parents mais aussi la collectivité, sur la toxicité de certaines fournitures scolaires. Nous voulons éliminer progressivement ces produits des salles de classes et des cartables. Notre action a eu un impact très positif auprès des parents qui n’étaient pas au courant de l’impact que pouvait avoir les fournitures scolaires sur la santé de leurs enfants. Les élèves ont participé à un atelier de fabrication de feutres à base d’encres végétales. Ils ont aussi écrit une chanson pour alerter sur les produits chimiques nocifs contenus dans le matériel scolaire. » Claire Cardron, enseignante référente du projet Eco-Ecole.

Sources

[1] La loi prévoit une mise en application au 1er janvier 2018 pour les écoles élémentaires et primaires et au 1er janvier 2020 pour les accueils de loisirs et les établissements d’enseignement du second degré.

[2] Wargocki and Wyon (2007) The effects of moderately raised classroom temperatures and classroom ventilation rate on the performance of schoolwork by children (RP-1257), HVAC&R Research, 13(2), 193-22

Eco-Ecole par Terragir

Eco-Ecole est un programme de l’association Teragir.

Pour s’inscrire ou pour + d’information: www.eco-ecole.org

Eco-Ecole est un programme de l’association Teragir.

Pour s’inscrire ou pour + d’information: www.eco-ecole.org

Plus d’information sur www. eco-ecole.org dans la Rubrique boite à outils Santé.

Pour en savoir plus sur la qualité de l’air intérieur dans les écoles :

Pour aller plus loin