J’ai eu beaucoup de pressions professionnelles ces derniers mois, c’est passé, je ne m’en étais pas rendu compte, mais je suis depuis irritable, j’ai peu d’entrain, ma famille me dit que je ne suis pas à prendre avec des pincettes ...

Il est compréhensible de ressentir une anxiété quand on est soumis à une pression notamment professionnelle. Ce qui est plus problématique, c’est quand l’anxiété ne se calme pas même le week-end et pendant les vacances. A fortiori si cela est permanent, dure, on peut suspecter un trouble d’anxiété et penser à consulter. Un conseil supplémentaire : vous mentionnez que ça vous est arrivé dans votre jeunesse, c’est une indication supplémentaire à creuser… 

L’anxiété peut-elle être une réaction utile pour faire face à un évènement ?

L’anxiété est préprogrammée pour nous aider en cas de danger. Si vous vous retrouvez face à un danger, l’anxiété va déclencher chez vous différents modes de réaction dans lesquelles votre corps va se préparer à se défendre, à fuir ou à se tenir immobile.

  1. « se défendre » : cette réaction va vous pousser à lutter, si vous êtes agressé et ne pouvez pas vous enfuir. Votre corps adopte la réaction de contre-attaque pour vous défendre.
  2. « « fuir » : quand le danger devient trop important et une issue positive improbable, votre corps signale qu’il ne peut pas tenir et que vous allez devoir fuir.
  3. « se tenir immobile » : dans certains cas, l’anxiété va faire en sorte que vous vous immobilisiez et ne bougiez plus. Vous connaissez l’expression ‘clouer au sol’. Cela vaut pour l’anxiété qui se diffuse à travers votre corps et fait en sorte que vous restiez immobile.

Oui, l’anxiété est utile… Mais Attention, lisez la question n° 3 pour comprendre pourquoi elle présente tant d’inconvénients par ailleurs !

Si l’anxiété est utile, comment peut-elle devenir gênante au point de gâcher ma vie?

Il existe toutefois des situations où l’anxiété ne va pas vous aider mais vous entraver.

Par exemple, si vous êtes anxieux à l’idée de prendre l’ascenseur parce que vous avez peur qu’il tombe, au point que vous ne le prenez plus, s’agit-il là d’une anxiété « saine » ? Est-ce que votre vie est en danger ? Non ! Le risque qu’un ascenseur s’écrase réellement alors que vous vous y trouvez est objectivement faible? Dans ce cas, on parlera d’une anxiété pathogène. C’est bien différent de si, vous vous retrouviez face à face avec un tigre, avec la certitude d’être attaqué ;  l’angoisse que vous ressentiriez alors, serait une réaction automatique de mise en garde et de protection.

Un autre exemple : celui d’un examen que vous vous préparez à passer. L’anxiété « saine » vous conduira jusqu'à la veille au soir à étudier « ce petit plus », qui pourra vous servir, alors que l’anxiété pathogène ou « malsaine » vous fera douter de vos propres capacités, éventuellement même, vous bloquera au point de vous faire perdre vos moyens  au moment de l’examen.

Dans mon entourage proche il y a pas mal d’anxieux, mais j’ai l’impression que ça n’a pas le même effet sur tout le monde, on peut être plus ou moins anxieux ?

Les symptômes de l‘anxiété peuvent se manifester à différents degrés. Ces symptômes peuvent donc avoir divers niveaux d’influence sur vos activités et votre comportement. Vous pouvez ainsi éprouver une gêne mais aussi, par exemple, avoir une crise de panique.

Si vous ou les personnes de votre entourage, ont une forme légère d’anxiété, vous pouvez vous sentir mal à l’aise dans certaines situations qui déclenchent l’anxiété. Vous n’allez cependant pas laisser ce malaise déterminer votre comportement et votre vie : de temps à autre, par exemple, vous ne saurez pas quoi faire, aurez du mal à rassembler vos idées, mais vous arriverez à évacuer votre anxiété et à vos confronter aux situations. Si cette anxiété légère, vous dérange un peu, sachez que vous pouvez sans doute l’abaisser, voire la faire disparaître par le biais d’un travail de développement personnel ou de thérapie.

Ceux de votre entourage qui ont une forme moyenne d’anxiété, peuvent éprouver des symptômes qui vont occasionner pour eux des désagréments plus importants. Vous aurez peut-être remarqué qu’ils évitent les situations qui leur provoquent de l’anxiété et que s’ils obligés de s’y trouver, cela leur cause beaucoup de malaise ou ils perdent un leurs moyens. 
On pourrait leur faire les mêmes recommandations qu’à vous, car cette anxiété n’est pas une fatalité, et puis, parce qu’il serait dommage que cette anxiété augmente jusqu'à des troubles anxieux trop invalidants.

Si on est anxieux de nature, ou si on a eu des expériences traumatisantes, est-ce qu’on sera toujours condamné à être anxieux ?

On a peu de prise sur certains facteurs à l’œuvre dans l’anxiété, comme les prédispositions d’origine, la survenue d’un événement traumatisant, mais la façon dont on réagit à ces facteurs est assez importante pour en minimiser les effets. Toutes les personnes ayant une prédisposition ne développent pas un trouble anxieux, la façon dont elles gèrent ces facteurs est essentielle. Penser que l’on a du choix, un certain contrôle sur sa vie, -quel que l’on soit ou quels qu’aient été les événements passés de sa vie-, est un antidote à l’anxiété. Cela ne va forcément de soi, cela peut prendre du temps, on peut avoir besoin de se faire aider pour faire évoluer ses pensées, croyances, ses émotions et ses comportements, mais c’est possible.

Pour aller plus loin

Intemporel

Phobies

Quand l’anxiété devient permanente et générale et…

Phobies
Intemporel

C'est l'angoisse !

L’anxiété est une émotion normale causée par une …

C'est l'angoisse !