L'articulation c'est l'ensemble des pièces qui constituent une charnière entre les os. Sa forme et sa structure diffèrent selon leur fonction. Elles sont de deux types fibreuses ou cartilagineuses.

Les différents types d'articulation

Les articulations fibreuses

Il existe des articulations uniquement fibreuses. On les retrouve principalement au niveau du crâne. Souples à la naissance, elles se consolident durant la croissance et atteignent leur texture définitive vers l'âge de 6 ans. Elles permettent, dans une certaine mesure, d'amortir les chocs et de limiter l'impact des vibrations au niveau du crâne.

 

Les articulations semi-mobiles

Les articulations semi-mobiles sont des articulations cartilagineuses. Elles ne permettent pas des mouvements de grande amplitude. Celles situées au niveau des côtes sont nécessaires à la mobilité de la cage thoracique lors des mouvements respiratoires. Les ligaments qui entourent l'articulation ont un rôle de maintien de la zone articulaire et contrôlent les tensions.

Focus sur la colonne vertébrale

L'articulation de la colonne vertébrale, quant à elle, est assurée par les disques intervertébraux. Composés de plaques cartilagineuses, d'un noyau central et de ligaments, ils s'intercalent entre chaque vertèbre. Le cartilage amortit les chocs et se comprime sous l'effet de la pression (port de charges). Le noyau central ressemble à une bille molle. C'est la consistance de ce noyau et sa situation à l'intérieur du corps vertébral qui rendent possibles les mouvements de flexion, extension, inclinaison latérale et rotation. Quand nous sommes en position verticale, les disques intervertébraux subissent la pression « naturelle » due au poids même de notre corps. Le port de charges ajoute une pression supplémentaire. Les disques intervertébraux sont également sollicités tout au long de la journée par les mouvements de la colonne vertébrale parfois forcés et répétés. Soumis à ces contraintes, ils se compriment. Leur noyau perd de sa substance liquide. C'est comme s'ils se "dégonflaient". C'est la position allongée qui permet au noyau de se remplir à nouveau de liquide et de rétablir ainsi la pression interne. Avec l'âge ou sous l'effet des vibrations, de la surcharge pondérale, du port de charges excessives le noyau du disque moins bien hydraté perd du volume et le disque diminue d'épaisseur entraînant une perte de souplesse de la colonne et des douleurs.Les principales atteintes du disque intervertébral sont l'arthrose (usure accélérée du cartilage) et la hernie discale (le noyau central sort de sa gaine cartilagineuse).

 

Les articulations mobiles

Les articulations mobiles se situent essentiellement au niveau des membres. On les appelle articulations synoviales.

Elles sont composées :

  • de zones cartilagineuses recouvrant l'extrémité des os. Lisse et compressible le cartilage amortit les chocs et facilite le glissement entre les os. Lors de la mobilisation le cartilage se comprime et perd de l'eau, ce qui augmente temporairement sa résistance. La décompression en position de repos permet au cartilage de se réhydrater
  • d'une cavité tapissée d'une membrane appelée membrane synoviale
  • de liquide synovial. Secrété par la membrane, il lubrifie l'articulation et nourrit le cartilage par "imbibition". Lors du mouvement, l'alternance de compression et de décompression permet au cartilage d'absorber les nutriments circulant dans le liquide synovial.
  • une capsule fibreuse.  A la fois solide et flexible, elle englobe l'articulation et est fixée aux os

Les ligaments qui entourent chaque articulation ont un rôle de maintien et de renforcement. Les tendons relient l'articulation aux muscles et permettent la transmission du mouvement.

Quels mouvements pour quelles articulations ?

Selon leur structure et leur localisation, les articulations permettent des mouvements différents et d'amplitude plus ou moins importante.

 

Les articulations semi-mobiles

  • La colonne vertébrale : L'amplitude des mouvements de la colonne vertébrale varie selon le niveau des vertèbres. La mobilité dépend de la qualité de l'état des disques intervertébraux qui peuvent perdre de leur compressibilité et de leur élasticité avec l'âge ou en raison de contraintes physiques trop importantes. Elle dépend aussi de la résistance des muscles et des ligaments du dos... et des pratiques sportives (la souplesse et l'amplitude des mouvements sont majorées chez le gymnaste ou l'acrobate). Les mouvements possibles sont la flexion, extension, l'inclinaison latérale, la flexion latérale, l'extension latérale et la rotation.
  • Les côtes : Elles s'articulent en avant avec le sternum, en arrière avec la colonne vertébrale. Elles permettent la mobilité respiratoire.

 

Les articulations mobiles ou synoviales

Mouvements simples

L'adduction est le rapprochement d'un segment de membre vers le corps au contraire de l'abduction qui en est l'éloignement. La flexion est le rapprochement de deux segments de membres, l'extension en est l'éloignement. La rotation externe est la rotation vers le dehors d'un segment de membre alors que la rotation interne oriente le segment vers le dedans.

Mouvements complexes

La supination est le mouvement qui permet de mettre la paume de la main vers le haut Dans la pronation c'est le dos de la main qui est orienté vers le haut. La circumduction est un mouvement complexe qui permet à un membre de décrire un cercle

Quelques exemples au niveau du membre supérieur

  • Les poignets : mouvements de flexion, extension, abduction, adduction.
  • Les coudes : flexion, l'extension, supination, pronation.
  • Les épaules : extension, flexion, adduction, abduction et circumduction.

Quelques exemples au niveau du membre inférieur

    • Les hanches : flexion, extension, adduction, abduction, rotation interne et externe
    • Les genoux : flexion, extension, adduction, abduction, rotation. L'articulation du genou a la particularité de comporter deux ménisques. Ce sont des petits cartilages situés entre le fémur et le tibia. Leur rôle est de stabiliser le genou et d'amortir les chocs.  La lésion des ménisques est un accident fréquent. Il peut s'agir d'une rupture, d'une torsion ou d'une usure du cartilage.
    • Les chevilles : flexion, extension, adduction, abduction, supination, pronation.

    Pour aller plus loin