Patient dans la chambre des études sur le sommeil

Ce que les dormeurs « agités » nous apprennent sur les rêves

Validé par le
comité médical

« Docteur, j’ai fait un rêve cette nuit. Dans ce rêve, j’étais assis à l’arrière d’un bus. Et voilà que monte un grand type, méchant, costaud… Il s’avance, va au premier rang et étrangle le premier passager. Puis il va au second rang et tue le passager suivant. Moi je suis au fond, j’ai peur, je me cache derrière mon siège. Je me dis que je vais mourir. Je me glisse entre ses jambes, la porte du bus s’ouvre, je saute. Je me réveille sur ma descente de lit, par terre. Je me suis fracturé le poignet ».

File 20180226 122025 ukiu8z.jpg?ixlib=rb 1.1

Durant le sommeil, un « verrou » dans le cerveau nous empêche de réaliser pour de bon les actions que nous effectuons en rêve. Mais chez certains patients, celui-ci ne fonctionne plus. Shutterstock

Isabelle Arnulf, Institut du Cerveau et de la Moelle épinière (ICM)

Ce rêve nous a été raconté par un patient, dans notre service des pathologies du sommeil, à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris. Est-il normal de faire un tel cauchemar ? Oui. Contrairement à ce qu’on peut penser, nos rêves dramatisent beaucoup notre quotidien, ils simulent souvent des menaces – on pense même qu’ils servent aussi à ça, anticiper les épreuves et nous y préparer.

Ce qui n’est pas normal, en revanche, c’est de tomber du lit. Habituellement quand on dort, on est calme, on ne bouge pas. Mais alors que se passe-t-il ? Prenons l’exemple d’un autre patient, endormi dans notre laboratoire et filmé durant son sommeil. Il rêve qu’il est attaqué par des ptérodactyles (voir les images dans la vidéo). Il protège son visage avec ses bras, puis il se défend avec son oreiller.

Ce patient est dans le sommeil paradoxal, celui où on fait des rêves déjantés. Le sommeil paradoxal a été découvert par Michel Jouvet, grand scientifique qui nous a quittés l’an dernier. On l’appelle « paradoxal » car normalement, durant cette phase, le cerveau demeure en ébullition alors que les muscles, eux, sont activement bloqués. Cette phase dure au plus 20 minutes, sur un cycle de sommeil de 90 minutes.

Les réactions de l’individu sont alors inhibées. Dans le cerveau, une sorte de « verrou » paralyse les muscles et empêche le dormeur d’extérioriser son rêve. Ce verrou a été identifié en 2016 par notre équipe à l’Institut du cerveau et de la moelle épinière (ICM). Il est situé au milieu du tronc cérébral, dans la partie basse du cerveau, et permet que nos rêves restent dans notre tête.

Or chez certaines personnes, ce verrou ne fonctionne plus. On ne sait pas encore le réparer, mais on peut malgré tout apaiser leurs nuits, éviter qu’elles se blessent ou blessent leur conjoint.

Des cauchemars agités vers la cinquantaine

Depuis 20 ans, nous suivons ces personnes qui ont des cauchemars agités vers l’âge de la cinquantaine. Dans la journée elles sont très bien, et aussi très bien dans leur peau. Ce qu’on a découvert, c’est que quelques années après, une partie d’entre eux développe la maladie de Parkinson, caractérisée par la destruction d’une population spécifique de neurones. Celle-ci se manifeste généralement par une lenteur des mouvements et des tremblements.

Dans les six ans qui suivent le diagnostic de ces cauchemars agités, la moitié des patients déclare une maladie de Parkinson, selon l’étude publiée par une équipe de Barcelone en 2014. D’un côté, c’est une mauvaise nouvelle, car ça veut dire que le trouble est souvent annonciateur de cette maladie.

Mais de l’autre, c’est une bonne nouvelle, car avec la personne concernée, on va avoir une fenêtre de six ans environ pour essayer tout ce qui peut la protéger du développement de cette maladie, par exemple de l’exercice physique. Les chercheurs testent ainsi un anticorps pour essayer d’attraper le produit toxique – l’alpha-synucléine – qui s’accumule dans le cerveau et provoque la maladie.

Attaqué par des caïmans, il brandit sa table de nuit

Une fois que cette maladie est installée, les cauchemars agités continuent. Six parkinsoniens sur dix crient dans leur sommeil, bougent, vivent leurs rêves, comme montré dans l’article que j’ai publié en 2012. En interrogeant et en examinant ces patients, nous avons eu une autre surprise.

Ainsi, dans mon bureau, un patient parkinsonien m’a raconté son rêve, dans lequel il était attaqué par des caïmans. « J’étais sur un canoë et je tapais avec ma pagaie pour me défendre », m’a-t-il rapporté. Assise à ses côtés, sa femme m’a dit :

« C’est incroyable, il était dans le lit, il criait : “il y a des caïmans !” Il a pris la table de nuit en chêne, il l’a brandi. Mais ça, il n’est pas capable de le faire dans la journée ! Et même pour parler… Avec son niveau de Parkinson, il a une toute petite voix. Tandis que là, il criait distinctement ».

Ce phénomène de guérison transitoire, nous l’avons exploré chez une centaine de patients : c’est toujours vrai ! Quand on les examine la nuit, au moment de ces comportements, la maladie de Parkinson a disparu…

L’espoir de faire disparaître les symptômes de Parkinson

Vous imaginez l’espoir que ça représente. Cela veut dire qu’il y a dans le cerveau un circuit alternatif qui là est démasqué – avec la perte du verrou. Ce circuit fait que le système moteur refonctionne correctement pour un moment. Il ne s’agit pas d’un miracle, simplement de la preuve qu’il existe d’autres voies de signalisation motrice qui ne sont pas affectées par la maladie de Parkinson.

Si on réussissait à activer ce système volontairement, on pourrait peut-être faire disparaître les symptômes de la maladie. Ainsi, avec cette nouvelle neurologie des rêves, on a un espoir immense de réussir à protéger des personnes contre l’arrivée de la maladie, et peut être à les guérir.

Nous avons filmé un autre de nos patients durant son sommeil. On voit cet homme en train de mimer le fait qu’il mange un sandwich (voir les images dans la vidéo). On voit à quoi il rêve, même si lui ne s’en rappelle pas au réveil. Ces comportements nocturnes nous apportent, pour la première fois dans l’histoire de la recherche, la vision en direct de l’action du rêve.

De plus, l’imagerie cérébrale, l’électro-encéphalogramme, et le récit du rêve par le patient à son réveil sont utilisés pour ces recherches en psychologie cognitive et neurosciences dont les implications vont bien au-delà du traitement des pathologies du sommeil.

Les « non-rêveurs » rêvent mais ne s’en souviennent pas

On pourrait donc, grâce à ces patients, découvrir beaucoup de choses sur les rêves. Par exemple, savoir s’il existe vraiment des personnes qui ne rêvent jamais, ou bien si ces personnes, en fait, rêvent mais ne s’en rappellent pas une fois réveillées. C’est plutôt la deuxième hypothèse qui serait la bonne. En effet, nous avons observé chez nos patients que mêmes ceux qui se disent « non rêveurs » ont des comportements agités la nuit.

On espère aussi savoir, un jour, à quoi servent les rêves. Est-ce qu’ils servent à consolider nos apprentissages de la journée ? Pour cela, on pourrait faire apprendre quelque chose aux patients avant de dormir, et voir si ils refont les mêmes gestes dans leur sommeil. Par exemple, nous avons fait apprendre un texte avant de dormir à 18 patients, et l’un d’entre eux en a intégré des éléments dans l’un de ses rêves agités filmé la nuit même, comme rapporté dans notre article.

The ConversationAutre piste : est ce que les rêves servent à mémoriser et à nous constituer des souvenirs ? Les mimes nocturnes de nos patients sont, en tout cas, un outil fantastique pour essayer de comprendre leur fonction.

Isabelle Arnulf, Neurologue, professeur de médecine, Institut du Cerveau et de la Moelle épinière (ICM)

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

The Conversation
Logo du média The Conversation

The Conversation France est un média en ligne d'information et d'analyse de l'actualité indépendant, qui publie des articles grand public écrits par les chercheurs et les universitaires ... Lire la suite

The Conversation France est un média en ligne d'information et d'analyse de l'actualité indépendant, qui publie des articles grand public écrits par les chercheurs et les universitaires ... Lire la suite

Pour aller plus loin