Marteau le drapeau arc-en-ciel

Chaque génération a le droit à son indignation et sa révolte

Chaque génération a le droit à son indignation et sa révolte, si mai 68 et son héritage a marqué les esprits par des avancées significatives d’évolution de la société dont le droit des femmes, le 17 mai 2018 (Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie) devrait nous inviter tous à nous rassembler pour inscrire dans nos luttes d’aujourd’hui toutes les formes de discriminations y compris envers les personnes LGBT et pour la défense des droits humains dans le monde.

Quelques chiffres clés

Comme chaque année, l’association SOS-Homophobie publie courant mai un baromètre visant à quantifier les variations de l’animosité des anti-LGBT en France. En 2017, 1650 témoignages, correspondant à 1505 cas, ont été recueillis soit 6,4 % de plus qu’en 2016. Ces données ont servi de base au baromètre 2018 lequel confirme une tendance à la hausse des actes d’homophobie, lesquels avaient culminés en 2012 et 2013 lors des débats sur le mariage pour toutes et tous.

On notera particulièrement une augmentation de :

  • 30 % des cas de gayphobie contre une augmentation de 15% par rapport à 2016
  • 154 % des cas de biphobie
  • 54 % des cas de transphobie

A l’inverse, les cas de lesbophobie ont diminué de 14 % par rapport à 2016

Cette recrudescence des témoignages suite à des actes de gayphobie, biphobie et transphobie signifie que les victimes hésitent de moins en moins à s’exprimer, à témoigner. A l’inverse, la baisse de témoignages en cas d’actes de lesbophobie indique que les femmes lesbiennes restent moins libres dans le prise de paroles, plus invisibles dans notre société et de fait moins entendue par celle-ci.

Au travail, la tendance est encore pour « vivre heureux », vivons cachés puisque 13 % des répondants mentent sur le sexe de leur partenaire ou se positionnent comme célibataire et 39 % restent vagues à ce sujet. En effet, 1/3 des répondants pensent que révéler la vérité leur nuirait au travail.

Enfin, si l’on se positionne à l’échelle mondiale, 71 pays pénalisent encore les relations sexuelles entre personnes de même sexe. Parmi ces 71 états, 8 appliquent la peine de mort et 5 supplémentaire pourraient potentiellement le faire bien qu’ils appliquent semble-t-il une peine « allégée » … A l’inverse, seulement 23 pays autorisent le mariage pour les couples de même sexe et 26 états l’adoption conjointe.

Luttons contre les discriminations et pour l’égalité des droits de tous

Il appartient à tous de s’intéresser et de comprendre les évolutions de la société pour construire les droits et protection de demain. S’adapter aux réalités sociales et sociétales d’aujourd’hui en prenant position dans des débats publics. Par exemple, nombreux ont été ceux qui se prononcer en faveur de l’accès à la PMA pour toutes les femmes et son remboursement par l’assurance maladie en France lors de la révision de la loi de la bioéthique. Parmi eux des particuliers comme des sociétés, et notamment la mutuelle MGEN.

Pour aller plus loin