Influences de la flore instestinale

Des bactéries pour prévenir l’asthme ?

L’asthme est une maladie respiratoire chronique qui se caractérise par une inflammation des bronches. Se manifestant par des crises, c’est une pathologie fréquente aux causes multiples. Mais alors quel lien y a-t-il entre l’asthme et la flore intestinale ?

Point sur l’asthme

Plus de 4 millions de personnes sont touchées par l’asthme en France et plus de 300 millions à travers le monde. C’est une maladie dont les premiers symptômes se manifestent généralement durant l’enfance. C’est d’ailleurs la maladie infantile la plus courante dans les pays développés. Même s’il est possible de vivre avec l’asthme, cela reste une pathologie potentiellement dangereuse. Handicapante pour la vie de tous les jours, elle peut avoir de graves conséquences si la prise en charge n’est pas adéquate. On associe l’asthme à 600 000 journées d’hospitalisation chaque année ainsi que 2 000 décès. Il influe significativement sur la qualité de vie des individus qui en souffrent et est à l’origine d’insomnies ainsi que de baisse d’activité et d’absentéisme au travail ou à l’école. 

Quel lien avec la flore intestinale ?

Il existe de nombreuses causes de l’asthme dont des composantes génétiques mais également des facteurs environnementaux. On retrouve par exemple la consommation d’antibiotiques par la mère durant la grossesse ou par le nourrisson. Des scientifiques ont fait remarquer que ces facteurs environnementaux ont une incidence non négligeable sur le microbiote intestinal. Des études sur des souris ont montré que la flore intestinale joue un rôle essentiel dans le développement du système immunitaire. Il a été conclu que des substances sécrétées par les bactéries intestinales pourraient jouer un rôle considérable face aux allergies respiratoires.

Des résultats encourageants

Une équipe de chercheurs canadiens a suggéré qu’il était possible de prévenir l’asthme chez l’enfant grâce à quatre bactéries (Faecalibacterium, Lachnospira, Veillonella et Rothia)  administrées au début de sa vie. Ces quatre bactéries sont naturellement présentes chez la majorité des nourrissons. Cependant, certains en sont dénués, sans que l’on n’en connaisse la cause. Dans leur étude, les scientifiques canadiens ont comparé le contenu bactériologique des selles de 319 nouveau-nés. Ils ont remarqué que ceux dont le système digestif était dépourvu de ces bactéries, développaient un plus haut risque de manifester de l’asthme aux alentours de l’âge de six ans. Afin de pouvoir prouver que cette déficience était la cause de la maladie et non la conséquence, les chercheurs ont ensuite décidé de confirmer leur hypothèse sur des souriceaux modifiés dans le but de développer un asthme proche de celui de l’homme.  Les souris auxquelles on avait injecté ces quatre familles de bactéries ont présenté une atténuation des symptômes majeurs de l’asthme en grandissant.

Des bactéries pour prévenir l’asthme

Les chercheurs pensent que c’est au cours des premiers mois d’un nouveau-né que tout se joue. C’est pourquoi, pour prévenir efficacement l’asthme, il faudrait administrer les quatre bactéries aussi tôt que possible, alors que le système immunitaire est dans sa phase de développement principale. Des essais cliniques à plus large échelle doivent aujourd’hui être réalisés pour confirmer les résultats précédents. Après quoi, il pourrait être intéressant de mettre en place des traitements probiotiques pour les nourrissons, dans un but préventif. Qui plus est, c’est une révélation qui pourrait mener à la création de tests pouvant prédire quels enfants auront le plus de risques d’être sujets à l’asthme. Ce rôle de la flore bactérienne face à l’asthme et aux allergies pourrait même confirmer la théorie hygiéniste. Celle-ci affirme que les allergies sont de plus en plus présentes au fil des générations car les enfants n’entrent pas suffisamment en contact avec certains germes au début de leur vie.

Sources

Comprendre l’asthme

Asthme

Global burden of asthma among children. Asher I, Pearce N. Int J Tuberc Lung Dis. 2014

The "Microflora Hypothesis" of allergic disease. Shreiner A, Huffnagle GB, Noverr MC. Adv Exp Med Biol. 2008

Intragastric administration of Mycobacterium vaccae inhibits severe pulmonary allergic inflammation in a mouse model. Hunt JR, Martinelli R. Clin Exp Allergy. 2005

Oral treatment with live Lactobacillus reuteri inhibits the allergic airway response in mice. Forsythe P, Inman MD, Bienenstock J. Am J Respir Crit Care Med. 2007

Early infancy microbial and metabolic alterations affect risk of childhood asthma. Marie-Claire Arrieta, Leah T. Stiemsma et al. Science Translational Medicine. 2015

Synthèse : où en est la théorie hygiéniste ?

Julija Meilunaite, rédactrice

Rédactrice WEB et auteure de livres

Rédactrice WEB et auteure de livres

Pour aller plus loin