Dans l’Ain, le Morbihan et la Loire-Atlantique, 14 bébés sont nés affligés d’une malformation de leurs bras ou de leurs mains : l’affaire dite des « bébés sans bras », médiatisée en 2018, continue de susciter une vive controverse à la fois scientifique et institutionnelle. Les étudiants de l’IPJ Clélia Bayard ; Arthur Gasqueres ; Etienne Meyer-Vacherand ; Adrien Palluet ; Augustine Passilly ; Clara Robert et Sebastien Rouxel ont enquêté pour répondre à la question : que s’est-il passé ?

File 20190424 121224 e47mfh.jpg?ixlib=rb 1.1

Regard porté sur l'affaire dite des “bébés sans bras” Brandon Day / Unsplash, CC BY

Aline Richard Zivohlava, The Conversation; Benoît Tonson, The Conversation et Lionel Cavicchioli, The Conversation

 

Où en est l’enquête ?

Un bébé dans son berceau. Peter Beukema/Unsplash

Mi-avril 2019, l’affaire a fait l’objet d’une tentative d’explication autour de l’hypothèse d’une pollution de l’eau. Une piste parmi d’autres. Retour sur une enquête officielle peu communicante.

 

Des territoires en question

Blés et maïs en Dordogne.

Après les premiers cas dans l’Ain, des villages de Bretagne et de Loire-Atlantique ont été touchés. Le nombre de cas dans l’Ain n’est pas jugé anormal, du moins par les autorités sanitaires, mais celui des autres communes l’est. Comment l’expliquer ?

 

À quoi servent les registres des malformations

CHU de Rouen.

A l’occasion de l’affaire, le public a découvert l’existence de « registres des malformations » sur le territoire français. Et, par la même occasion, les fragilités du dispositif de surveillance des malformations congénitales.

 

La statistique au cœur de la controverse

Bébé au berceau.

Dans les communes touchées de l’Ain, du Morbihan et de Loire-Atlantique, la question cruciale est la suivante : est-il statistiquement normal, ou bien anormal, d’observer autant de bébés nés sans bras dans ces endroits ?

 

Un type rare de malformation à l’origine incertaine

Après la naissance.
L’agénésie transverse des membres supérieurs : une malformation rare dont l’origine échappe souvent aux médecins.

 

La piste toxicologique

Epandage d’un herbicide.

L’hypothèse court depuis le début de l’affaire : un ou plusieurs agents nocifs présents dans l’environnement seraient impliqués. Pesticides, médicaments, mélange de produits…The Conversation

Aline Richard Zivohlava, Chef de rubrique Sciences + Technologie, The Conversation; Benoît Tonson, Éditeur Science + Technologie, chef de rubrique « Junior », The Conversation et Lionel Cavicchioli, Chef de rubrique Santé, The Conversation

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

The Conversation
Logo du média The Conversation

The Conversation France est un média en ligne d'information et d'analyse de l'actualité indépendant, qui publie des articles grand public écrits par les chercheurs et les universitaires ... Lire la suite

The Conversation France est un média en ligne d'information et d'analyse de l'actualité indépendant, qui publie des articles grand public écrits par les chercheurs et les universitaires ... Lire la suite

Pour aller plus loin