Le monde moderne est exigeant et nous sommes attachés à vouloir tout réussir, tant dans la vie privée que dans la vie professionnelle. La liberté se paye au prix d’une remise en question de soi… Mais quelle méthode mettre en oeuvre ?

Changer la vision de soi et de l’autre :

Pour commencer, il nous faut entrer en amitié avec nous-mêmes et regarder avec bienveillance ce que l'on est en profondeur. Plutôt qu’inscrire une rupture, il s’agira d’œuvrer à la réconciliation de ses pans de l’être qui s’effritent parfois mais n’en sont pas moins essentiels à notre devenir. Il serait vain de jeter le bébé et avec l’eau du bain, sous prétexte que rien ne va !

Apprendre de nos erreurs, regarder le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide et nous féliciter plus souvent, autant de principes qui aideront à relativiser nos manquements, nos frustrations, nos impatiences.

Prendre conscience de nos sentiments et exprimer nos besoins en acceptant que les autres ne peuvent y répondre, créent de l’apaisement. On prend sa vie en main. Donner aux autres le droit d’être ce qu’ils sont, présente l’avantage de nous rendre libres les uns des autres. On rompt avec les dépendances pour aller vers plus d’interdépendance et d’autonomie.

VALORISER ET POSITIVER LES SITUATIONS

Face aux obstacles, savoir accueillir ce qui est ; les expériences sont des opportunités pour faire grandir en chacun de nous des parties que nous ignorons.

LE CHEMIN SE FAIT EN MARCHANT…

Il nous faut faire le tri parmi nos désirs. Certains sont pour le bonheur, d’autres pour l’absence de souffrance, les autres pour la vie même.

Là où ça se complique, c’est qu’il ne s’agit pas tant de se changer, mais d’effacer ce qui résiste en nous.

La question à se poser est : qu’est-ce qui est à lâcher … qu’est-ce qui m’enferme et qu’est ce qui est à respecter de mon besoin ?

Affirmer son unicité

Une fois passée la peur de l’échec, la reconnaissance de nos limites et le renoncement à ce qui ne nous correspond plus, nous accédons à la prise de conscience de nos forces, de notre originalité. Nous sommes seuls vis-à-vis de nous-mêmes. Notre raison d’être appartient à chacun. Elle est interpelée précisément dans ces moments où la vie nous questionne, nous résiste. Personne d’autre que nous-mêmes pouvons savoir le projet, le désir qui sommeille en nous. 
Ce courage d’être soi, de s’affranchir du regard des autres ouvre des perspectives intéressantes à la réalisation de soi.

Sachons nous écouter, donnons-nous du temps pour entendre derrière ces questionnements successifs qui jalonnent notre existence, ce qui est vivant en nous et ainsi aller confortablement à la rencontre de soi et des autres … réaliser et partager nos envies.

Bibliographie

L’échec, une chance, Anselm Grün
Où tu vas, tu es, Jon Kabat-Zin
Vous avez l’immense pouvoir de changer votre vie, Chantal Rialland

Pour aller plus loin