Et c'est parti pour l'opération « 1 MOI(S) sans tabac » !

Novembre c’est LE MOI(S) sans tabac ! La nouvelle campagne anti-tabac a été annoncée à l’occasion de la rentrée par la ministre Marisol Touraine.

Concrètement, l’objectif de la campagne est de soutenir tous les fumeurs souhaitant arrêter de fumer : « Un pour tous, et tous pour un ! » comme le dit la célèbre devise des Mousquetaires d’Alexandre Dumas. La campagne sera retransmise à la télévision, sur les radios et sur des supports papier afin d’apporter un maximum de soutien. De plus, nombre de partenaires diffuseront auprès de leurs cercles.

Cette campagne fait suite à Stoptober, une expérience réussie menée en Octobre 2015 en Grande-Bretagne. A l’occasion de leur octobre sans tabac rebaptisé Stoptober (un mix entre « stop smoking » et « October »), plus de 200 000 fumeurs britanniques se sont engagés à arrêter de fumer. L’atout de cette campagne est son côté social. En effet, grâce aux défis collectifs et au soutien de tous, les fumeurs se sentent moins isolés quand ils décident d’arrêter et les non-fumeurs sont plus compréhensifs vis-à-vis des réactions au manque.

Il est cependant difficile d’évaluer le nombre final des challengers Britanniques ayant définitivement arrêté de fumer, mais la Grande-Bretagne a affiché une baisse de 1% pour l’année 2015 concernant le tabagisme. La France, pays européen comptabilisant de nombreux fumeurs, espère bien voir sa population s’engager autant (si ce n’est plus) que les Britanniques dans la lutte contre le tabagisme et se positionner comme challengers sur ce mois de Novembre.

A noter :

Les campagnes de prévention santé comprenant des défis collectifs sont très appréciées. C’est le cas de la campagne australienne « Junk free June » (juin sans malbouffe) ou d’une autre campagne britannique « Dry January » (janvier sans alcool).

La ministre de la Santé Marisol Touraine a demandé le triplement du forfait « Traitement par substituts nicotiniques » (TNS) à hauteur de 150 € par bénéficiaire de moins de 20 ans et de plus de 30 ans et par an à compter du 1er novembre 2016. Il est donc désormais équivalent à celui des femmes enceintes, des patients atteints d'ALD, des bénéficiaires CMUC et des jeunes ayant entre 20 et 30 ans.

Pour plus de détails, voir ci-dessous le tableau de la situation avant le 1er novembre 2016 :

Thumbnail

Tableau de la situation avant le 1er novembre 2016.

Pour aller plus loin