Evitez le sport intensif quand vous êtes dans un état émotionnel négatif

Selon une étude menée par des chercheurs de l’Université McMaster (Ontario, Canada) et publiée dans la revue scientifique américaine « Circulation » consacrée notamment au thème des maladies cardiovasculaires : pratiquer une activité physique intense en étant en colère triplerait le risque d’infarctus.

Les chercheurs ont étudié les données de plus de 12 000 personnes, provenant de 52 pays et, ayant subi une première crise cardiaque. La majorité était des hommes aux alentours de la soixantaine. Les données étaient issues de sondages complétés par les patients volontaires sur leur état émotionnel et leur activité physique avant la crise.

L’effort physique extrême et les émotions négatives fortes sont deux facteurs augmentant la pression artérielle (force exercée par le sang sur les parois des artères) et la fréquence cardiaque (nombre de battements du cœur par minute). Ceci entraine une modification du début sanguin et réduit l'approvisionnement en sang vers le cœur. Dans un cas comme dans l’autre, le risque de crise cardiaque augmente dans  l'heure suivante. Combinés, ces deux éléments triplent le risque d’infarctus.

Il convient de conserver une certaine prudence vis-à-vis de ces conclusions car la perception des patients de leur propre état émotionnel ou de l’intensité de leur exercice physique reste subjective. L’étude étant observationnelle, elle ne peut prouver l’existence d’un lien de cause à effet.

Par précaution, même si le sport est un excellent moyen pour évacuer ses émotions, il est conseillé de ne pas pratiquer une activité physique plus intense qu’à la normale lors que vous vous sentez en colère, contrarié ou stressé.

Pour aller plus loin