Homme d’affaires avec problème d’urgence urinaire

Incontinence urinaire : les hommes aussi !

L’incontinence urinaire est la perte involontaire des urines par l’urètre et touche au moins 2,6 millions de personnes de plus de 65 ans en France. Elle peut également concerner les personnes plus jeunes.

Explications et causes de l’incontinence urinaire

L’incontinence urinaire concerne généralement les femmes et ce problème de “fuites” devient fréquent et augmente avec l’âge. En France, on estime qu’environ une femme sur trois de plus de 70 ans en est victime.

Les principales causes du problème varient en fonction du type d’incontinence. Cela peut être dû à un affaiblissement des muscles du plancher pelvien (périnée) qui se trouvent au bas du bassin et ont pour but de maintenir la vessie en place et de contrôler l’évacuation des selles et de l’urine. Ces muscles peuvent être affaiblis suite à des grossesses ou des accouchements vaginaux, à cause de l’âge ou de la perte de forme physique. L’incontinence peut aussi être due à une descente de la vessie (cela concerne uniquement les femmes), un trouble de la prostate (cela concerne uniquement les hommes), un problème de santé chronique qui touche le contrôle des muscles de la vessie via les nerfs, la prise de certains médicaments ou encore une difficulté à marcher.

Des troubles présents chez l’homme également

L’incontinence urinaire est souvent considérée, à tort, comme principalement féminine alors qu’elle affecte également les hommes, notamment après 50 ans. S’ils sont moins nombreux à en être victimes, c’est en partie grâce à leur anatomie. En effet, le système de continence passif est plus développé chez l’homme que chez la femme. Les hommes possèdent un urètre plus long et un sphincter strié et puissant en contact avec la partie basse de l’urètre, diminuant de fait les risques d’incontinence. Toutefois, l’incontinence urinaire touche malgré tout 7 à 8 % des hommes de 65 ans et plus de 28 % des hommes de plus de 90 ans.

Dans la majorité des cas, l'incontinence masculine est due à une hypertrophie de la prostate qui provoque des envies fréquentes et répétées d’uriner. Cette hypertrophie peut alors se manifester par de faibles jets d’urine et des fuites quelques secondes après la miction. Les cas d'incontinence liés à une insuffisance sphinctérienne sont assez rares et une intervention chirurgicale sur les voies urinaires ou la prostate en est généralement la cause.

D’autres causes peuvent aussi entraîner l’incontinence urinaire masculine, comme une ablation de la prostate, l’affaiblissement des muscles dans la zone du petit bassin ou encore de l’obésité.

Les différents types d’incontinence urinaire chez l’homme

On trouve plusieurs types d’incontinence urinaire chez l’homme et chacune présente des symptômes spécifiques.

L’incontinence par regorgement

Il s’agit du type d’incontinence qu’on retrouve le plus souvent chez les hommes et survient à cause d’un obstacle chronique au niveau de la vessie qui aura alors du mal à se vider et rester totalement pleine de façon permanente. Les fuites urinaires surviennent une fois la capacité de la vessie dépassée et il est alors impossible pour le patient de les contrôler.

L’incontinence par regorgement est généralement dû à un obstacle par une hyperplasie bénigne de la prostate.

L’incontinence d’effort

Il s’agit d’une fuite involontaire d'urine survenant à l'occasion d'un effort physique : toux, rire, exercice physique, rapports sexuels. Bien qu’elle soit plus fréquente chez la femme, on la retrouve aussi chez l’homme.

Ce trouble est la plupart du temps dû à une intervention chirurgicale et une ablation totale de la prostate suite à un cancer chez les hommes. En effet, lors de l’opération le sphincter strié peut être touché, or il s’agit du muscle responsable de la continence. Il devient alors incapable de contenir les urines dans la vessie lors de l’élévation de pression abdominale survenant lors de l’effort.

L’incontinence par impériosité

Également nommée incontinence par “urgence”, elle se manifeste par une envie urgente et irrépressible d’uriner même lorsque la vessie n’est pas pleine. Cette manifestation correspond à une contraction involontaire de la vessie, qu’elle soit pleine ou non, ce qui entraîne une vidange partielle ou complète des urines.

L’incontinence mixte

Elle touche environ 10 % à 30 % des patients et les symptômes sont ceux de l’incontinence d’effort et de l’incontinence par “urgence”. Généralement, l’un des deux types d’incontinence domine et doit alors être traité en priorité suite à une consultation du médecin.

L’incontinence fonctionnelle

Ce type d’incontinence affecte principalement les personnes âgées et la cause n’a généralement aucun lien avec la fonction vésicale : le patient n’est tout simplement pas capable de se retenir. Certains troubles neurologiques, par exemple dus à la maladie d’Alzheimer, peuvent aussi provoquer l’incontinence.

Au final, la femme n’est donc pas la seule victime de l’incontinence et les hommes sont aussi touchés. Malheureusement, le sujet est encore tabou. Il faut pourtant pouvoir en parler à son médecin dès les premiers symptômes afin de prendre le traitement adapté. Le professionnel de santé peut aussi préconiser des rééducations, comme le renforcement des muscles du périnée grâce aux exercices de Kegel, voire une opération chirurgicale. L’AFU (Association Française d’Urologie) donne également de nombreux conseils sur la prise en charge de l’incontinence urinaire.

Clément Kolodziejczak

Rédacteur Web Seo et Blogueur

Rédacteur Web Seo et Blogueur

Pour aller plus loin