"L'argent ne fait pas le bonheur... mais il y contribue fortement". Peut-être avez-vous déjà entendu ou prononcé cette phrase. Mais qu'en est-il réellement ? Y a t-il un lien entre niveau de vie et bonheur ?

Au niveau collectif, on constate que ces 50 dernières années, le revenu réel a augmenté de manière spectaculaire dans les nations prospères. Pourtant, les niveaux de bien-être subjectifs sont restés constants. La hausse du PIB n’a pas engendré une augmentation de la satisfaction de vie des habitants. Ce paradoxe d’Esterlin appliqué à la France, révèle que de 1973 à 2008, le PIB a augmenté de 113% alors que la satisfaction de vie est restée identique. Le niveau de bien-être n’est donc pas corrélé au niveau de richesse. Il en est de même au niveau individuel. Même si la majorité pense que l’argent peut acheter le bonheur, les recherches concernant les liens entre revenu et satisfaction de vie montrent, en général, de faibles corrélations. Les gens les plus riches sont un peu plus heureux que les gens pauvres, mais la différence est beaucoup moins importante que ce à quoi l’on pouvait s’attendre. La pauvreté a un effet sur le bien-être, très probablement parce que les besoins de base des gens ne sont pas satisfaits.

Cependant, une fois ces besoins satisfaits, la différence entre riches et pauvres est négligeable. Plus important encore, dans les nations plus riches, les individus ayant un point de vue matérialiste sur la vie sont souvent malheureux, même lorsqu’ils bénéficient d’un confort financier. Curieusement, la classe sociale a un certain effet sur le bonheur en raison des différences de styles de vie. Elle a aussi un effet sur la santé mentale du fait de meilleures méthodes de traitements. Cet effet est cependant indépendant de l’argent. En fait, il a été constaté que gagner environ 10 000 dollars de plus par an ne ferait augmenter votre bonheur que de 2 % environ. Ce qui est certain, c’est que le désir d’être riche rend moins heureux. Par ailleurs, il a été démontrer que dépenser votre argent pour les autres accroît votre bonheur.

Sources

LIVRES : 

BONIWELL, I. Introduction à la psychologie positive, science de l’expérience optimale ;  Paris, Editions Payot & Rivages, 2012.

MARTIN-KRUMM, C. et BONIWELL, I. Pour des ados motivés, les apports de la psychologie positive, Odile Jacob, 2015.

S. DAVID,S. , BONIWELL, I., CONLEY, A. The Oxford Handbook of Happiness, Oxford, Oxford University Press, 2012.

LYUBOMIRSKY, S. The How of Happiness: A New Approach to Getting the Life You Want, Penguin Books 2008

SELIGMAN, M.  Flourish, a visionnary newunderstanding of hapiness and well being, 2012.

 

VIDEO :

The good life, Robert WALDINGER, Tedx

Ilona Boniwell

Professionnelle renommée en Psychologie Positive, à la direction de la société de conseil Positran qui œuvre à la transformation positive par la psychologie.

Professionnelle renommée en Psychologie Positive, à la direction de la société de conseil Positran qui œuvre à la transformation positive par la psychologie.

Saphia Larabi

Chargée de transformation, formation et communication, au sein de Positran.

Chargée de transformation, formation et communication, au sein de Positran.

Pour aller plus loin