Infirmière, assis devant un senior utilisant un masque de réalité virtuelle

L’e-santé au service des personnes âgées : comment prévenir les chutes ?

Première cause de décès accidentels chez les plus de 65 ans, les chutes ont un impact sur la santé physique des seniors et affectent également leur condition psychologique. La prévention joue alors un rôle déterminant. L’e-santé, notamment la réalité virtuelle, pourrait être d’une grande aide dans ce domaine.

Les chutes chez les seniors : facteurs de risque

Les chutes des personnes âgées ne sont en aucun cas anodines. Elles peuvent avoir de lourdes conséquences telles que des hospitalisations en urgence, des séjours de longue durée à l’hôpital, voire même des décès. Cela constitue ainsi un problème de santé publique majeur dans un grand nombre de pays. Environ un tiers des personnes de plus de 65 ans et la moitié des personnes de plus de 80 ans chutent chaque année.

Plusieurs facteurs peuvent augmenter le risque de ces accidents. Parmi eux on retrouve l’état de santé de l’individu, incluant notamment les problèmes d’équilibre, les traitements médicamenteux (ex : psychotropes), les problèmes d’articulations etc. Certains comportements ou habitudes de vie spécifiques peuvent aussi augmenter le risque de chute (troubles alimentaires, consommation abusive d’alcool, prise de risque ou au contraire, appréhension). Enfin, des facteurs environnementaux peuvent également être des facteurs de risque majeurs (ex : domicile mal aménagé, verglas…).

Pourquoi la prévention est-elle essentielle ?

Selon des circonstances de la chute et la fragilité de la personne concernée, les conséquences peuvent être très graves. D’après l’Inserm, plus de 50 000 chutes en France sont la cause d’une fracture du col de fémur, allant souvent jusqu’à entraîner une perte d’autonomie. De surcroît, les personnes âgées ont plus de risques d’être sujettes à des complications post-opératoires et à la naissance de troubles du comportement. Un senior victime d’une chute peut alors nécessiter une aide à domicile, voire même devoir être placé en institution. La prévention de tels incidents peut permettre d’éviter une réelle détresse et de faire des économies quant à l’argent qui aurait été destiné aux soins de la personne ou à son placement en structure d’hébergement.

Point sur l’e-santé et la réalité virtuelle

L’e-santé, également appelée santé numérique, correspond à l’utilisation de technologies de l’information et de la communication dans certains domaines de la santé. Son développement repose sur l’utilisation de l’informatique dans le but de trouver des solutions à des problématiques liées à la santé.

La réalité virtuelle est une nouvelle technologie qui affecte considérablement l’industrie de la santé.  Elle permet de plonger un utilisateur dans un environnement qui est généré de manière artificielle par des logiciels. L’environnement peut être une reproduction du monde réel ou celle d’un univers imaginaire. L’utilisateur est alors plongé dans une expérience qui inclut la stimulation des différents sens, allant même jusqu’au toucher si l’individu est équipé avec des interfaces adéquates.

La réalité virtuelle peut-elle prévenir les chutes ?

Aux Etats-Unis, des chercheurs de l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill et de l’Université d’Etat de Caroline du Nord ont évalué l’effet que pourrait avoir la réalité virtuelle sur la prévention des chutes des personnes âgées. Ils ont pu démontrer qu’elle peut non seulement aider à détecter les troubles de l’équilibre mais aussi éventuellement y remédier. Une étude publiée dans la revue Nature Scientific Reports s’est basée sur l’utilisation d’un nouveau système de réalité virtuelle pour créer l’illusion visuelle d’une perte d’équilibre alors que les participants marchaient sur un tapis de course. Les chercheurs ont pu ainsi déterminer la réponse musculaire des sujets. Cette méthode pourrait être utilisée pour diagnostiquer les troubles de l’équilibre chez les personnes âgées voire même les aider à progresser.

Une étude similaire réalisée par des chercheurs de l’Université de Tel Aviv en Israël a également montré un effet bénéfique de la réalité virtuelle dans la prévention de chutes chez les personnes âgées, certains sujets souffrant de la maladie de Parkinson, de déficience cognitive légère ou de démence. Cette étude a séparé les participants en deux groupes. Pour le premier, la thérapie consistait en une combinaison d’un entraînement sur tapis de course et de réalité virtuelle. Pour le second, la réalité virtuelle n’était pas incluse. Après six mois de thérapie, le taux de chute du premier groupe a baissé de presque 50 % tandis qu’aucun changement significatif n’a été remarqué chez le second groupe. 

Julija Meilunaite, rédactrice

Rédactrice WEB et auteure de livres

Rédactrice WEB et auteure de livres

Pour aller plus loin