L’épidémie de rougeole se poursuit : causes et mesures de protection contre cette maladie très contagieuse

La Nouvelle Aquitaine est toujours très touchée par l’épidémie de rougeole, qui sévie depuis plusieurs mois. D’après le communiqué de presse de l’ARS Nouvelle-Aquitaine du 6 juillet 2018 un second décès dû à la maladie est à déplorer dans la région et le 3ème décès en France.

L’épidémie en chiffres :

Depuis novembre 2017, on dénombre 1 096 cas de rougeole ont été confirmés dans la région ce qui représente plus de la moitié des cas français sur cette même période. Or, dans 90 % des cas les personnes n’étaient pas vaccinées contre le virus, ou bien insuffisamment vaccinés.

Parmi toute les personnes atteintes, une douzaine a nécessité l’intervention des services de réanimation et un quart des patients a dû être hospitalisé.

L'extension de l’obligation vaccinale : une mesure primordiale

L’importante épidémie de rougeole qui a frappé la France entre 2008 et 2016 (plus de 24 000 personnes atteintes selon Santé Publique France), combinée à celle débutée fin 2017, a donc quelque peu poussé le gouvernement à envisager une extension de l’obligation vaccinale. Le nombre de vaccins obligatoires est donc passé de 3 à 11 (le vaccin rougeole-oreillons-rubéole (ROR) faisant bien sûr partie des 11, et est entré en vigueur depuis le 1er janvier 2018), mais contrairement à ce que pensent les anti vaccins et certains parents, cette mesure revêt une importance primordiale.

En effet, comme le montrent les cas de 2008 à 2016 ainsi que l’épidémie qui sévit actuellement en France, certaines maladies (dont la rougeole) réapparaissent très souvent, surtout après l’arrêt de la couverture vaccinale. C’est le cas entre 1981 et 1985 pour la rougeole, laquelle a été remise dans la liste maladie à vaccination recommandée en 1986. L’extension à 11 vaccins est également importante dans la mesure où elle vise aussi, selon la ministre de la Santé sur BFMTV, à « rendre la confiance dans les vaccins », quand on sait la crainte qu’ont certains Français des vaccins.

La vaccination/le rattrapage de vaccination : la meilleure mesure de protection

Le virus de la rougeole ne possède pas de traitement antiviral propre. Les traitements antibiotiques souvent utilisés visent uniquement les bactéries affectant en excès les poumons. Par conséquent, comme le précise l’ARS, se faire vacciner est le meilleur moyen de se protéger contre la rougeole. Le vaccin ROR est injecté en deux doses, l’une à 12 mois et l’autre à 18 mois. Il est tout de même possible (et recommandé) de faire un rattrapage de vaccination lorsqu’on n’a pas été vacciné dans la petite enfance.

L’ARS recommande donc de vérifier sa vaccination (et celle de ses proches), et de consulter son médecin traitant pour un rattrapage de vaccination au cas où :

  • Vous n'avez reçu qu'une dose du vaccin ROR (Rougeole-Oreillons-Rubéole) ;
  • Il n'y a pas de trace de vaccination dans votre carnet de santé et vous ne savez pas si vous avez déjà contracté la rougeole ;
  • Vous avez perdu votre carnet de santé et n'avez pas (ou ne savez plus si vous avez) déjà contracté la rougeole.

Pour aller plus loin