Savoir dire non : quels bénéfices ?

Le bénéfice le plus important est de retrouver l’harmonie intérieure, de se sentir pleinement en accord avec soi-même. Cela évite notamment d’éprouver du ressentiment vis-à-vis d’autrui, que l’on va inconsciemment rendre responsable de notre inconfort psychologique.

Dire non, lorsque cela est justifié, va également permettre de nous affirmer dans nos choix et dans nos valeurs, tout en augmentant l’estime de soi (l’image positive de nous-même) et par conséquence la confiance en soi.

Enfin, de tous ces éléments va découler une relation à l’autre plus honnête et plus sincère, plus adéquate pour construire des liens solides et satisfaisants dans la durée, basés sur la confiance et le respect mutuel des choix et des décisions.

En résumé, accepter et faire respecter nos envies et nos choix permet d’être plus en accord avec soi-même et avec les gens qui nous entourent. Il s’agit donc d’une condition nécessaire au « bien vivre » ensemble…

La loi protège les victimes. Ne pas savoir dire non est une faiblesse, pas un crime.

Dans les cas les plus extrêmes, pouvoir dire « non » à la violence est une urgence vitale. Les causes qui ont amené à une situation intolérable et mettant en danger la personne ne sont pas la priorité à analyser, même si leur compréhension permettra de se reconstruire. Le premier réflexe est donc de se mettre en sécurité, en faisant appel à la loi si besoin.

DU CÔTÉ DE LA LOI : - EXTRAITS DU SITE STOP-VIOLENCES-FEMMES.GOUV.FR

« Les violences sexuelles portent atteinte aux droits fondamentaux de la personne notamment à son intégrité physique et psychologique. Elles sont l’expression de la volonté de pouvoir de l’auteur qui veut assujettir la victime. Le responsable de l’agression sexuelle est l’auteur, quelles que soient les circonstances de la violence sexuelle.

Les conséquences pour les victimes quelle que soit la forme de la violence sexuelle sont importantes, nombreuses et durables, notamment anxiété, trouble du sommeil et/ou de l’alimentation, peurs intenses, la culpabilité, dépression, isolement, conduites à risque ou agressives… Ces manifestations sont propres à chaque victime et sont variables dans le temps. La victime doit être aidée et accompagnée.

Tout acte sexuel (attouchements, caresses, pénétration…) commis avec violence, contrainte, menace ou surprise est INTERDIT par la loi et SANCTIONNÉ pénalement.

La contrainte suppose l’existence de pressions physiques ou morales. Par exemple, elle peut résulter de l’autorité qu’exerce l’auteur sur la victime. La menace peut être le fait pour l’auteur d’annoncer des représailles en cas de refus de la victime. Il y a recours à la surprise lorsque par exemple la victime était inconsciente ou en état d’alcoolémie. »

Sources

Quand dire « non » est une urgence pour sauver sa vie :

Savoir dire non à ses enfants sans violence

Des livres à consulter :

  • « S’affirmer et oser dire non », Christel Petitcollin
  • « Savoir dire non », Marie Haddou
  • « Comment savoir dire non : refuser sans offenser », William Ury
  • « 50 exercices pour savoir dire non », France Brécard
  • « Cessez d’être gentils, soyez vrai ! » Thomas d’Asembourg
Institut de recherche en prévention santé (IRPS)

L’Institut de Recherche et Prévention Santé (IRPS) est une association qui mène des actions de formation, d’accompagnement et de services dans tous les domaines de la prévention/promotion de la santé. Il rassemble les experts les plus pointus du secteur médical et social autour de 3 domaines principaux :

  • Santé et travail
  • Education et promotion de la santé
  • Bien vieillir

L’Institut de Recherche et Prévention Santé (IRPS) est une association qui mène des actions de formation, d’accompagnement et de services dans tous les domaines de la prévention/promotion de la santé. Il rassemble les experts les plus pointus du secteur médical et social autour de 3 domaines principaux :

  • Santé et travail
  • Education et promotion de la santé
  • Bien vieillir

Pour aller plus loin