Tout le monde ou presque a ressenti un jour ou l'autre une crise DE panique mais une personne souffrant de crises panique verra ces épisodes se reproduire fréquemment.

La crise panique (ou trouble panique) est caractérisée par des attaques d’angoisse imprévisibles et récurrentes, au cours desquelles la personne a du mal à respirer, ressent une peur intense, incontrôlable, et par d’autres symptômes tels nausées ou palpitations. Tout le monde ou presque a ressenti un jour ou l'autre une crise de panique devant un événement terrifiant, mais dans ce cas, ces crises se renouvellent fréquemment et sans cause déclenchante. Peu à peu le tableau s'aggrave car la personne devient obsédée par la crainte de voir la crise revenir à tout moment. La première crise de panique est souvent causée par un niveau extrême de stress ou d’anxiété. La crise de panique peut être à ce point perturbante que l’on devient anxieux à la seule idée d’avoir une crise de panique et alors déclencher un comportement d’évitement.

Les symptômes d’un trouble panique

Une crise d’angoisse peut durer plusieurs minutes. La durée peut varier d’une personne à l’autre. La plupart du temps, on éprouve le pic de la crise de panique après 10 minutes. La personne n’est plus maîtresse de son comportement et a l’impression d’en avoir perdu le contrôle. Tous les signes psychiques et physiques de l'anxiété sont présents sous une forme exacerbée, entraînant un malaise majeur, une sensation d'oppression insupportable jusqu’à avoir parfois l'impression que l'on va devenir fou ou mourir :

  • Symptômes physiques : Pouls plus rapide, Tension artérielle plus élevée, Palpitations, vertige, Bouche sèche, Douleur dans la poitrine, nausée, Sensation de suffocation, Maux de tête, Transpiration, Visage devenant blême, Hyperventilation,

  • Symptômes psychiques : Déréalisation, Dépersonnalisation

Le syndrome de stress post-traumatique Il fait suite à un événement particulièrement grave vécu psychiquement sur un mode traumatique : catastrophe, agression, perte d'un être très aimé… Sur le moment le sujet réagit par un tableau de stress aigu : forte angoisse, désespoir ou au contraire impossibilité de toute réaction. Par la suite, le souvenir de l'événement va le hanter. Ce souvenir se manifestera sous forme de cauchemars parfois quotidiens, pouvant entraîner une insomnie sévère par crainte de l'endormissement. Les images peuvent aussi survenir inopinément dans la journée, empêchant la concentration entraînant irritabilité, fuite des contacts sociaux, hyperexcitabilité au moindre stimulus, perte de confiance en soi, évitement de situations ou de personnes qui rappellent l'événement traumatisant.

Pour aller plus loin