La santé connectée est un secteur en pleine explosion. Les weareables (technologie portable ou mettable comme un vêtement ou un accessoire connecté) envahissent notre quotidien, tout en nous gardant à la pointe de la mode. D’autre part, la santé animale est un questionnement politique et grand public de plus en plus présent. Dans cette optique, des outils connectés ont été développés pour nous aider à mieux prendre soin de nos petits compagnons.

Tout comme la santé humaine, la santé animale est composée de différents champs. De l’élevage aux animaux de compagnies, en passant par le vétérinaire, de nombreuses solutions connectées sont en développement. Afin de mettre au clair ces différents champs, la e-santé animale a fait l’objet d’une demi-journée complète de réflexion à l’université de la e-santé 2016.

Les thèmes abordés étaient notamment le concept « un monde, une seule santé », qui envisage la santé des populations liée à la santé animale, et les solutions connectées concrètes et existantes comme des capteurs high-tech pour mesurer les constantes physiologiques (élevage), performances (sport) ou géolocaliser ou interagir (animaux de compagnie).

La e-santé, un enjeu important pour les vétérinaires

La e-santé animale représente un enjeux important pour les vétérinaires. Elle est une voie d’évolution de leur modèle économique, lequel est actuellement basé sur la vente de médicaments pour les animaux. Avec l’ouverture des marchés pharmaceutiques et la vente en ligne, le risque de voir diminuer leur chiffre d’affaire est grand. Or, ce chiffre d’affaire leur permet d’acheter des équipements de pointe onéreux, ce qui risque d’impacter directement la qualité des soins prodigués aux animaux.

Des start-up s'emparent de ce marché peu exploité

Plusieurs sociétés profitent du fait que ce marché est encore à prendre pour se lancer. On peut citer notamment la rennaise Skwazel avec son dispositif de suivi de température sans fil et son offre de suivi postopératoire ou encore la société Canhegat avec son collier connecté pour chat obèses. Les attentes sont encore nombreuses, notamment en termes de suivi personnalisé avec le vétérinaire. Cependant, nous ne disposons pas encore d’assez de recul pour juger de la fiabilité de ces solutions connectées, et dans la plupart des cas, l’avis du vétérinaire est encore nécessaire pour soulager la souffrance de l’animal. 

Pour aller plus loin