Les chroniques de Judith Nicogossian : entre transhumanisme et communication non-verbale

La reprogrammation du corps

Algorithme : XPEO

Validé par le
comité médical

D’un corps faible …

L’histoire d’un homme d’origine chinoise né, selon ses propres mots « faible », sans force, sans beaucoup d’énergie. Un regard noir brillant, un corps malingre, dont on ne parierait pas grand-chose a priori en termes de force physique. Aujourd’hui, tel le roseau qui ploie mais ne casse jamais, capable de renverser n’importe quel sportif de haut niveau à la musculature imposante, démonstration à laquelle il s’est d’ailleurs amusé, auprès des membres d’une équipe pro de rugby. Les uns après les autres les sportifs s’y sont essayés, mais sans succès, balayés à tour de rôle, contré par un doigt de sa main. Vexant. Il est vrai qu’il est difficile de le déséquilibrer, Paul Woo Fon – pour ne pas dire impossible. Son secret ? La reprogrammation du corps et la recherche de l’énergie. Tout un réapprentissage de techniques corporelles et de mouvements depuis 30 ans qui ont permis d’ancrer son corps dans des postures incroyablement « fortes ».

Aujourd’hui sa mince silhouette est très sollicitée sur le plan thérapeutique car sa méthode XPEO[1] permet le traitement de la douleur de certaines maladies (fibromyalgie, et toutes celles avec un dysfonctionnement du système nerveux et maladies neurodégénératives comme Parkinson[2]) redonnant aux malades, aux symptômes très invalidants, de la coordination, de la force et de l’énergie. Mais plus loin encore, il accompagne aussi les sportifs de haut niveau dans l’amélioration de leurs performances sportives – petite revanche personnelle sur sa propre histoire de malingre, qu’il souligne le regard pétillant.

Soutenu par la région Auvergne-Rhône-Alpes et divers centres de recherche médicaux (dont le CHU de Grenoble Alpes), il s’est bâtit un petit paradis dans le Vercors, voué à l’enseignement, et divers projets de recherche, l’expérimentation des techniques énergétiques du Tai chi chuan et du Qi gong, à la rencontre de l’énergie interne sommeillant en chacun.

    Comment trouver son énergie vitale ? Se reprogrammer à son énergie ?

    Transformer un corps faible en corps fort ?

    Améliorer ses performances ?

    Un corps encore capable ! ²

    Pas besoin de se transformer en robot ou de s’hybrider à la machine ni même de se brancher ! Il n’est ici pas question de répondre à une injonction de type : « connecte-toi ! » mais « connecte toi à toi-même ! ». Chacun peut rechercher les techniques des algorithmes de sa propre énergie interne et de celles de son câblage, les matériaux du corps permettant la circulation de l’énergie, avec des postures « off » et des postures « on » et deux catégories complémentaires Yin et Yang, l’ombre et la lumière, la faiblesse et la force.

    L’analogie à un corps informatique est irrésistible car l’apprentissage technique nécessite de disséquer les algorithmes des mouvements du corps. Paul Woo Fon nous protège du corps artificiel et de la technobésité pour développer une technê, une technique du corps. Pour l’anthropologue, « l’homme total » de M. Mauss[3], entend le caractère indissociable du physiologique, du psychologique et du social. Par l’expression « techniques du corps », le corps est désigné comme le premier et le plus naturel instrument de l’homme, un instrument dont les usages ne sont toutefois pas naturels mais bien l’objet d’un apprentissage.

    Le corps humain est une technologie de pointe, qui reste encore à être découvert par l’homme de demain ! Plus spécifiquement le cerveau[4] - ne représentant que 2 à 3 % du poids total du corps, compte pour 20 à 30% de sa dépense énergétique ! -  est l’outil de cognition aux résultats les plus optimisés du monde : il ne consomme que 20 watts, l’énergie d’une ampoule de basse consommation par heure. Nul superordinateur n’existant à ce jour, ne peut simuler le cortex cérébral humain, ni même à vitesse et échelle réduites ni même à un instant T – pour des consommations d’électricité qui seraient alors estimées à 1 milliard de watts, de quoi éclairer une ville toute entière par la production d’une centrale nucléaire à elle seule !

    La bonne nouvelle est que l’accompagnement que propose Paul Woo Fon, de pouvoir se retrouver soi, du retour de l’énergie, est non invasif, économique et non polluant ! Pas besoin de recourir à des techniques chirurgicales, de devoir s’hybrider à la machine ou encore de se désincarner sur un support informatique !

    Même vulnérable, même affaibli, il est possible de retrouver de la force par l’apprentissage de techniques travaillant sur les postures, les mouvements, la respiration (et le souffle) et le regard – relevant de l’organisation non-verbale du corps. L’apprentissage de ces techniques du corps visent à l’amélioration de l’expérience du corps vécu – concernant la bagatelle de l’ensemble des pratiques du quotidien.

    Pour faire très bref, on pourrait les résumer ainsi :

    • Energie interne
    • Respiration naturelle
    • Postures et mouvements

    Deux énergies essentielles : le QI - à prononcer [chi] - le Yi

    Le Qi est l’énergie vitale : force, résistance et fusible

    Le Yi est la conductivité : présence au monde, conscience et intention

    Exercice :

    1. Sans intention, ni posture ni présence, je suis en mode off. Il suffit de me faire pousser et je n’émettrai aucun résistance – même si je veux résister – j’en serai incapable, déstabilisée, je fais quelque pas à droite, à gauche, je tombe.
    2. J’utilise la présence grâce à l’ancrage par le Yi, câble électrique et support de l’énergie que j’envoie dans mon doigt par exemple (pensée-conscience-intention) je me place sur une posture corporelle Yin, un regard – les yeux sont la fenêtre du Yi – avec une respiration adéquate, il n’est plus alors possible pour la personne en face de m’ébranler. Je résiste tel le roseau incassable, en bon conducteur, j’absorbe l’énergie de l’autre à la Terre en me connectant à mes talons ; ou encore tel les constructions antisismiques aux chocs.
    3. En plus du Yi, je place du Qi, de la matière, de la force physique : la personne en face est soufflée par ma force énergétique.

    Et voilà ! le tour est joué : nous faisons s’envoler des malabars ultra-costauds, au moins beaucoup plus que soi, en deux tours trois mouvements.

    Deux catégories complémentaires : le Yin et le Yang

    Le Yin est l’ancrage, la réceptivité, le non agir

    Le Yang est l’action volontariste, l’agir

    Les opposés créent la vie telle que nous la connaissons. Les structures subtiles, comme les méridiens, sont regroupées en polarités selon un concept traditionnel chinois appelé la théorie du yin et du yang. Le yin représente les qualités féminines, et le yang les qualités masculines. Les deux doivent s’équilibrer pour créer l’homéostasie nécessaire à une bonne santé.

    L’importance des postures du corps permet cette reprogrammation. Le Yin et le yang sont des étiquettes, qui n’existent pas en elles-mêmes, hors d’une relation les liant.

    Conclusion

    Le corps est intelligent ! Si les gestes de l’enfant sont instinctifs – par exemple celui qui pleure se frotte le nez, où se termine le méridien du gros intestin, point d’acupuncture connecté. L’adulte perd ces reflexes et il apparaît bon de prendre le temps de se les réapproprier.

    Il s’agit dans cette société digitale de l’instantanéité, de braver le découragement, la frustration, ou encore le stress non pas en se connectant à son smartphone ou internet - mais en se déconnectant des usages du digital et des sollicitations permanentes, pour se reconnecter à son propre corps – et se reprogrammer sur le plan énergétique. Résultats garantis !

    Judith Nicogossian
    Photo de Judith Nicogossian, docteure en anthropologie bioculturelle et chroniqueuse MMMieux.fr
    Benjamin Courvoisier

    Illustrateur travaillant sur les champs suivants :

    • Illustrations Jeunesse
    • Illustrations Historiques
    • Dessins de presse

    Book : http://bcourvoisier.ultra-book.com 

    Illustrateur travaillant sur les champs suivants :

    • Illustrations Jeunesse
    • Illustrations Historiques
    • Dessins de presse

    Book : http://bcourvoisier.ultra-book.com 

    Pour aller plus loin