La découverte d’une maladie peut changer du jour au lendemain la vision que l’on a de la vie. Ça a été le cas pour la douce Aurore, diagnostiquée il y a 12 ans d’une maladie de Crohn. Dès lors, elle reprend alors des études pour changer complètement de voie professionnelle et devenir infirmière et bientôt naturopathe. Elle en profite pour trouver un nouvel équilibre entre maladie, alimentation et sport. Alors qu’elle se lance en ce début d’année de nouveaux défis pour « continuer à avancer », elle nous rappelle plus que jamais l’importance de poursuivre « ses rêves quoi qu’il arrive ».

Bonjour, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Bonjour, je m’appelle Aurore, j’ai 34 ans, je suis maman de deux enfants de 9 et 11 ans et je suis mariée avec l’homme qui partage ma vie et qui me supporte !! Depuis 13 ans.

Quand on a découvert ma maladie, j’étais coiffeuse, mais suite à l’annonce en 2005 ma vision de la vie a totalement changé, j’ai décidé de m’investir pour aider les autres. J’ai donc repris mes études, je suis infirmière depuis 5 ans et je passe actuellement mon diplôme pour devenir naturopathe.

Vous êtes atteinte de la maladie de Crohn diagnostiquée en 2005, pouvez-vous nous raconter brièvement votre parcours avec la maladie ?

Début 2005, suite à une rupture compliquée, j’ai commencé à souffrir de douleurs abdominales et à perdre beaucoup de poids, puis mon état de santé s’est dégradé rapidement, j’avais une hygiène de vie désastreuse et j’étais tout le temps stressée.

J’ai commencé par voir plusieurs médecins généralistes et spécialistes sans que personne n’arrive à poser un diagnostic. Généralement le discours était toujours le même, détendez-vous et mangez plus de légumes !

Mon état de santé se dégradait de plus en plus et aux douleurs digestives sont venus s’associer des problèmes cutanés et articulaires. A la fin de l’été, j’avais perdu 20 kilos et je tenais à peine debout.

Un soir en rentrant du travail j’ai craqué, c’était trop, j’étais à bout de forces, j’avais tenu trop longtemps. Mon mari m’a emmené aux urgences et leur a dit qu’on ne repartirait pas sans savoir ce qui se passait. J’ai eu la chance de tomber sur un interne à l’écoute. Après plusieurs heures, il est venu me voir en disant qu’il avait peut être trouvé mais qu’il souhaitait un autre avis, il allait nous tenir au courant. Le jour même on m’a demandé de revenir, c’est là que le diagnostic est tombé j’avais la maladie de Crohn.

Sur le moment, je pensais naïvement rentrer chez moi avec un traitement mais le médecin a refusé de me laisser partir, mon état était vraiment préoccupant. L’hospitalisation a duré 2 mois durant lesquels ils ont fait tous les examens nécessaires et mis en place les traitements. 

Forcément la prise en charge avait été tardive, la maladie s’était propagée. Je me suis donc retrouvée à ne pas pouvoir m’alimenter qu’avec des compléments liquides pendant 4 mois. J’ai passé cette fin d’année sans trop réaliser ce qui se passait, j’étais seulement soulagée, ça n’était pas juste dans ma tête !

Comment vivez-vous aujourd'hui avec la maladie ?

L’année qui a suivi l’annonce, j’ai commencé une transition, les traitements me donnaient des effets secondaires qui n’étaient pas compatibles avec une vie « normale ». J’ai tout arrêté contre l’avis des médecins, j’ai commencé mes recherches, j’ai lu énormément et j’ai découvert un équilibre entre pratiques sportives et alimentation adaptée ...

Pour aller plus loin