Le handicap par Valérie (partie 2)

« J'ai repris ma vie en main à travers le sport ! »

Quand on regarde le parcours de Valérie, on peut s’interroger. Le handicap ? Quel handicap ? Car Valérie tord le coup aux idées reçues : non le handicap n’empêche de pas de faire ce que l’on veut ! Amputée de la jambe gauche depuis plusieurs années, cette passionnée de sport essaye tous les sports qu’elle croise. Stand-up paddle, vélo, planche à voile et flyboard pour les derniers… Une passion qu’elle a à cœur de partager, notamment avec la création de sa dernière association Renaissance. Rencontre avec une sportive pleine d’énergie et de bonté !

Bonjour Valérie, nous vous retrouvons un peu plus d'un an après votre premier témoignage. Pouvez-vous présenter à nouveau en quelques mots ainsi que nous parler de votre parcours depuis votre amputation ?

Née à Toulon dans le Var en 1964, mais mon papa voulant émigrer, nous sommes partis lorsque j'étais très jeune en Afrique du Sud. J'ai donc grandi et passé une partie de ma vie adulte là-bas - ensuite rentrée en France en avril 1993.

Il y a quelques années, j'ai perdu ma jambe gauche au niveau fémoral. J’ai vite rebondi après une année de nombreuses opérations, de douleur, d'incertitude, etc et j'ai repris ma vie en main à travers le sport.

Je n'ai pas fait de rééducation car je n’avais qu'une envie après l’amputation c'était de reprendre ma vie de maman. Mes 3 garçons avaient besoin de moi et moi d’eux. Ensuite, les choses se sont enchainées, dédiée à eux, à leurs études et leurs loisirs, je n'avais pas le temps de faire de rééducation - et puis j'arrivais à faire du sport sans prothèse et même vivre ma vie debout avec mes béquilles sans aucun problème. 

Ma demande de prothèse s'est faite 10 ans plus tard, car j'avais appris à faire du stand-up paddle, et même si j'arrivais à me mettre debout sur une planche et y rester en équilibre, c'était quand même galère. Et j'avais envie de naviguer aussi là où je voulais. Et puis, j'avais en tête d'aller faire la 11 city sup tour aux Pays-Bas ! Cet évènement consistait à faire 220 km de stand-up paddle sur les canaux qui relient 11 villages historiques aux Pays-Bas. Je suis donc partie faire la course en septembre 2015 et j'y suis retournée en septembre 2016. Et j'irai la refaire en septembre 2018. Cela a été mon plus gros projet. 

J'avais aussi fait un peu de surf avec la prothèse mais j'en avais déjà fait il y a 5 ou 6 ans de ça, sans prothèse. J’ai fait de l'accrobranche, c'était super. 

 

Nous vous avons justement rencontrée passionnée de sport et avec l'envie de réaliser plusieurs défis. Pouvez-vous nous parler de vos derniers défis ?

L'année 2017 a commencé avec une marche de 63 km pour récolter des dons pour mon association pour les enfants hospitalisés. Cette marche était sur 2 jours avec un groupe d'amies/amis qui ont voulu m'accompagner - une super équipe et 2 journées intenses mais agréables. 

En ce qui concerne le tennis fauteuil, j'en fait toujours et plusieurs fois par semaine. En 2017, par contre j'ai fait 2 ou 3 fois du tennis avec prothèse et j’ai ainsi retrouvé les sensations de quand je jouais debout, bien avant ...

Pour aller plus loin