Le lupus et le syndrome des antiphospholipides par Laura

« Peut-être qu'en ce moment rien n'est assez chouette mais un jour une revanche sur la vie arrivera, c'est sûr ! »

Laura est une attachante jeune femme touchée depuis 2 ans par la maladie. Des difficultés d’accepter la maladie à son quotidien mais aussi des moments forts de sa vie, elle partage son histoire sur son blog. Comme une thérapie qui lui a permis d’avancer avec cette épreuve… Et aujourd’hui c’est sur le blog qu’elle se dévoile.

Bonjour, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Bonjour, je m'appelle Laura, j'ai vingt et un an et je vis sur Paris.

Vous souffrez d'un syndrome des antiphospholipides et d’un lupus, pouvez-vous nous en dire un peu plus sur ces maladies ?

En effet, je souffre d'un syndrome des antiphospholipides. C'est une maladie auto-immune qui entre autre provoque des phlébites (formations de caillots de sang dans les veine ou artères) à répétitions.

Concernant le Lupus, cette maladie auto immune que la plupart connaissent grâce à la chanteuse Selena Gomez a plusieurs effets indésirables. Pour ma part, elle me provoque des douleurs articulaires mais également le fait que mes anticorps se liguent contre moi. Je guéris moins bien et je tombe vite malade d’un simple rhume ou autre. Une contrainte de plus auquel je me suis habituée depuis maintenant 2 ans.

Pouvez-vous nous raconter brièvement votre parcours avec la maladie ?

Cette maladie m'a été découverte courant 2015. En octobre 2014, j'ai eu une phlébite. Je ne sais toujours pas pourquoi et comment elle a pu se former. J'avais déjà de base une très mauvaise circulation du sang. J'ai donc commencé à prendre des anticoagulants, ce traitements devait durer cinq/six mois tout au plus. Mais à force de faire des examens médicaux, la SAPL a été découverte au CHU à Nantes, où je suis suivie. Je dois désormais prendre des anticoagulants tous les jours, avec des prises de sang régulières (INR) pour savoir si mon sang est assez fluide ou non.

J'ai du également changer d'anticoagulants car l'autre traitement ne faisait plus effet. Suite à ça, le temps que l'INR se stabilise, j'ai du faire des injections pour ne pas faire de phlébites.

En parallèle de ça, la SAPL est associée à un Lupus.

Comment vous sentez-vous aujourd'hui ?

Aujourd'hui, je ...

Pour aller plus loin