Le présentéisme, à l’inverse de l’absentéisme, correspond à une présence excessive au travail. Des chercheurs se penchent de plus en plus sur ce phénomène qui a pris beaucoup d’ampleur en France et qui peut jouer en défaveur des employés, mais aussi de l’entreprise.

Qu’est-ce que le présentéisme ?

Le présentéisme se définit principalement par le fait d’être présent à son poste de travail. Parfois cette présence qui n’est pas en concordance avec l’état de santé de la personne, ce qui peut nuire à sa productivité. On parle alors de surprésentéisme, c'est à dire qu'un individu se rend au travail tandis que son état justifierait un arrêt maladie ou en fonction de la situation, la mise en télétravail.

D’après certaines études, le taux de présentéisme en France ne cesse d’augmenter : 62 % des salariés se rendraient au travail tout en étant malades. Par ailleurs, il existe des entreprises qui mettent en place des « primes d’assiduité », autrement dit des « primes de présentéisme » afin de récompenser les salariés qui font acte de présence. Ce sont-là des mesures pour lutter contre l’absentéisme mais malheureusement, l’effet obtenu n’est pas toujours positif, que ce soit pour l’employé ou pour l’entreprise.

Présentéisme illégal et présentéisme contre-productif

Il arrive que des employés eux-mêmes ne comptent pas les heures passées au travail. Toutefois, il est également commun que des salariés effectuent des heures supplémentaires à la demande de leur employeur, sans que celles-ci ne soient rémunérées. Bien qu’il s’agisse d’une forme de présentéisme illégal qui peut paraître choquant, c’est pourtant une situation plus courante qu’on ne le pense. Plus d’un salarié français sur deux effectuerait des heures supplémentaires non payées.

Aux Etats-Unis, le terme « presenteeism » correspond à une faible productivité des employés en dépit de leur présence à leur poste de travail. Cette baisse de productivité peut être liée à l'état de santé fragile d’un salarié ce qui l’empêche de travailler correctement. Il peut également s’agir d’employés préoccupés par des problèmes personnels les empêchant d’être productifs.

Présentéisme : de réels risques pour la santé

Le présentéisme est un phénomène qui inclut des individus dont l’état de santé physique ou psychique n’est pas suffisamment bon pour qu’ils puissent travailler dans de bonnes dispositions. Être à son poste de travail dans un tel état ne peut d’ailleurs qu’aggraver la condition de la personne, prolongeant le temps de convalescence et participant à une dégradation plus générale de la santé. C’est un cercle vicieux qui est source d’épuisement pour les employés qui tentent parfois de palier leur baisse de productivité en augmentant leur temps de travail.

Une santé mentale affaiblie est également à l’origine d’importantes difficultés au travail, incluant stress et dépression, des troubles qui touchent de plus en plus de personnes de nos jours, aussi bien en France que dans le reste du monde.

Le présentéisme, source d’absentéisme ?

Bien que le présentéisme et l’absentéisme soient des termes opposés, ils sont pourtant très liés dans le cadre de l’entreprise. Selon certaines études, être excessivement présent au travail peut conduire à des absences plus longues par la suite. Travailler en ayant une santé fragile augmenterait le risque de connaître des arrêts maladies plus longs dans les années qui suivent. C’est un phénomène à la fois défavorable pour les employés et pour les entreprises. Qui plus est, le présentéisme peut être à l’origine d’un véritable épuisement professionnel, à la fois physique, mental et émotionnel, autrement dit : le burn-out.

Le présentéisme : de graves conséquences pour les employés et pour les entreprises

En 2012, une équipe de chercheurs a publié des travaux de recherche sur le temps de travail excessif. L’étude a été menée sur 2100 fonctionnaires britanniques en bonne santé. Il a été montré que les individus travaillant plus de 11 heures par jour présentaient plus de risques de développer des symptômes de dépression sévère. Ce risque n’a pas été influencé par le tabagisme, le statut marital ou encore, le stress du travail lui-même.

En 2004, une étude américaine a été réalisée sur le présentéisme et ses coûts pour l’entreprise. Menée sur 375 000 salariés, elle a montré des baisses de productivité supérieures à celles dues à l’absentéisme. Ces conséquences étaient dues à des employés venant travailler en dépit d’allergies, d’arthrite, de maux de tête, ou d’autres problèmes de santé courants. Selon cette étude, l’arthrite coûterait 327 $ par employé, l’hypertension 392 $ et les troubles cardiaques 368 $.

Julija Meilunaite, rédactrice

Rédactrice WEB et auteure de livres

Rédactrice WEB et auteure de livres

Pour aller plus loin