Le sexisme, mauvais pour la santé des hommes

En adoptant des comportements sexistes, les hommes seraient plus susceptibles de souffrir de certains troubles psychologiques.

Une attitude mauvaise pour les femmes et … pour les hommes

Comment définir le sexisme ? Il s’agit d’une attitude discriminatoire basée sur le sexe ou une idéologie issue de croyances discriminatoires qui enferment les hommes et les femmes dans des rôles prédéfinis et souvent inamovibles. Le sexisme se fond également sur des stéréotypes de genre et place la femme dans un rôle beaucoup moins avantageux que l’homme : discrimination financière, dévalorisation sociale, tâches quotidiennes plus nombreuses au domicile familial.

Si ce comportement condamnable a fait l’objet de bien des polémiques ces dernières semaines dans le monde du sport, du journalisme, de l’entreprise, de la politique ou du cinéma et peut avoir de lourdes conséquences pour les femmes qui en sont victimes, il serait aussi néfaste pour les hommes. Qu’il s’agisse de leur façon de penser naturelle ou d’un comportement stéréotypé qui ne leur convient pas forcément mais s’avère nécessaire pour faire partie d’un groupe social ou de travail, ces attitudes peuvent avoir des conséquences peu réjouissantes en matière de santé mentale.

En effet, les hommes pensant avoir du pouvoir sur les femmes ou qui adoptent une attitude de playboy auraient davantage de risques de souffrir de certains troubles mentaux selon l’étude Meta-analyses of the relationship between conformity to masculine norms and mental health-related outcomes publiée le 21 novembre dans la revue scientifique Journal of Counseling Psychology.

Des traits de caractère qui influent sur la santé mentale

En se référant à 78 autres publications sur la santé, les chercheurs ont analysé l’influence de 11 traits de caractères considérés comme typiquement masculins sur la santé mentale :

  • le pouvoir sur les femmes
  • le désir de gagner
  • le besoin d’indépendance
  • le comportement téméraire
  • la violence
  • le sentiment de domination
  • le besoin de contrôle émotionnel
  • la promiscuité sexuelle
  • l’importance du travail
  • le rejet de l'homosexualité
  • la recherche d'un statut

Il a été observé que certains de ces traits de caractère sont souvent liés à des dépressions : la promiscuité sexuelle, le sentiment de domination, le pouvoir sur les femmes et le besoin d’indépendance. Joel Wong, l’auteur principal de l’étude, explique que les “recherches sur le rapport défavorable entre la conformité aux normes masculines et le pouvoir sur les femmes est saisissant, cela montre que le sexisme n’est pas seulement une injustice sociale mais peut aussi avoir des effets néfastes sur la santé mentale”.

De plus, les hommes qui adhèrent à une vision sexiste du monde sont aussi ceux qui sont le moins susceptibles de demander de l'aide pour résoudre leurs problèmes. On pourrait y voir un parallèle avec le fait que la différence d’espérance de vie entre hommes et femmes est partiellement liée au fait que les hommes hésitent à faire appel à un médecin.

Voir les choses de façon nuancée

Tous ces traits de caractères dits masculins ne sont en revanche pas forcément préjudiciables pour la santé : accorder sa priorité au travail n'est lié ni à une bonne ni à une mauvaise santé mentale (cela peut être à la fois une source de souffrance et d’épanouissement) alors qu’un comportement téméraire est lié indifféremment aux deux.

Concernant les comportements sexistes, Joel Wong finit toutefois sur une observation encourageante : "les gens peuvent changer et les normes évoluent avec le temps. L'une des manières dont nous pouvons aider à cette évolution, c'est en exprimant tous, hommes y compris, une forte désapprobation à ces comportements liés aux normes sexistes. Ne vous taisez pas."

Autrement dit, tenter de faire tomber les stéréotypes et de voir les choses de façon nuancée sera de toute façon positif d’un point de vue social et au niveau de la santé.

S’engager contre le sexisme

Suite aux affaires de sexisme qui ont émergé ces derniers temps, certains hommes se sont mobilisés pour faire évoluer la société et ses mentalités. C’est notamment le cas du journaliste et scénariste australien Benjamin Law qui a lancé le 16 octobre le hashtag #HowIWillChange ("comment je vais changer") qui a eu un effet boule de neige et a été suivi et relayé par de nombreux autres hommes.

Le journaliste a d’ailleurs accompagné ce message de plusieurs résolutions concrètes comme faire des dons réguliers à un refuge pour femmes ou ne plus laisser passer les comportements sexistes observés dans son quotidien, en expliquant qu’il a "moins à perdre que les femmes faisant la même chose.”

L’objectif derrière ce mouvement était de sensibiliser au sexisme ordinaire afin que chaque personne puisse lutter contre ce comportement à son échelle.

Clément Kolodziejczak

Rédacteur Web Seo et Blogueur

Rédacteur Web Seo et Blogueur

Pour aller plus loin