Dans la famille il y a beaucoup de gens trop gros ; j'ai moi-même tendance à prendre facilement du poids. Est-ce héréditaire ?

Il y a effectivement de nombreux gènes qui sont impliqués dans la gestion du poids et leur mutation héréditaire peut favoriser la prise de poids ; toutefois ce n’est pas une fatalité, loin de là. Raison de plus pour faire attention, manger équilibré et savoureux, tout en étant actifs. Tout ira bien !

Notre enfant de 12 ans est en surpoids ; est-ce qu'avec la croissance il va nécessairement s'affiner ?

Il faut analyser sa courbe d’IMC sur son carnet de santé et tout spécialement le rebond d’adiposité : Au cours de la croissance, la corpulence varie de manière physiologique. En moyenne, la corpulence augmente la première année de la vie, puis diminue jusqu'à 6 ans, puis croît à nouveau jusqu’à la fin de la croissance. La remontée de la courbe d’IMC qui survient physiologiquement vers l’âge de 6 ans s’appelle le rebond d’adiposité. L’âge de survenue du rebond d’adiposité est utilisé comme marqueur prédictif du risque d’obésité. Il s’agit de l’âge auquel la courbe d’IMC est à son niveau le plus bas. Plus le rebond est précoce (avant 6 ans), plus le risque de devenir obèse à l’âge adulte est élevé. Si c’est le cas, cela ne sert à rien de mettre un enfant au « régime strict ». Il faut juste favoriser la pratique d’une activité physique régulière et l’aider à manger équilibré, sans grignotage sucré ou gras. Il faut toutefois garder à l’esprit que la probabilité qu’un enfant obèse le reste à l’âge adulte varie selon les études de 20 à 50 % avant la puberté, à 50 à 70 % après la puberté (6)

Que faire quand on prend du poids parce qu'on a des crises de boulimie ?

La vraie crise de boulimie avec consommation effrénée d’aliments en un laps de temps très court, suivie de vomissements ou non, et d’une profonde sensation de culpabilité traduit un mal être profond qu’il est important de traiter avec l’aide de psychiatres spécialistes des troubles du comportement alimentaire. En allant mieux dans sa tête et en s’aidant de technique d’une prise en charge comportementale, on sera mieux dans son corps et dans sa relation à l’aliment. La perte de poids et le retour à une alimentation plus sereine et apaisée viendront alors tout naturellement.

Comment maigrir quand on est gourmand ?

L’un n’est pas incompatible avec l’autre, car on peut se régaler de plats et recettes délicieuses sans pour autant qu’elles soient nécessairement très grasses et sucrées. Par exemple, les desserts auront cette note sucrée si plaisante si on y ajoute des fruits – les plats peuvent être agrémentés de crème fraîche allégée, 5 à 6 fois moins grasse que le beurre – un bon usage des épices permet de limiter l’usage des sauces … Avec de l’imagination et de la créativité culinaire, tout est possible. Et puis dites vous que même la recette gourmande de famille peut trouver sa place dans l’équilibre alimentaire, car ce dernier s’effectue toujours sur l’ensemble d’un repas ou d’une journée, et non sur un seul plat ou d’un seul aliment.

Pour maigrir, faut-il supprimer totalement le chocolat et le fromage ?

Non et il faut même les préserver, pour le plaisir ! L’idéal, pour perdre du poids, est d’avoir une alimentation équilibrée dans laquelle tous les aliments ont leur place en quantités adaptées aux besoins de chacun (viande, poissons, œufs, légumes, fruits, pain, féculents) même concernant les produits gras et sucrés. Deux ou trois carrés de chocolat le soir en fin de journée et après le dîner n’empêcheront pas de maigrir si par ailleurs l’alimentation est variée et équilibrée. Il en est de même du fromage.

Est-ce que tous les régimes se valent ?

La plupart des « régimes » vantés par les médias, et parfois même mis en avant par d’éminents « blouses blanches », sont très déséquilibrés car très sévères et imposent la suppression totale de certaines familles d’aliments (le pain, les féculents, les fruits, les produits laitiers ….) ; ils augmentent le risque de carences, de fonte musculaire et conduisent au yoyo pondéral car ils ne sont pas réalisables très longtemps (3). Misez sur l’équilibre, vos propres sensations digestives, vos réels besoins tout en bougeant un peu plus sont les seuls garant d’une perte de poids.

Pourquoi maigrit-on vite au début d'un régime et plus lentement après ?

Ce phénomène s’explique par l’installation progressive d’une résistance du corps à la restriction calorique, pour le protéger d’une éventuelle famine. C’est pourquoi il faut se donner toutes les chances de bien maigrir dès le début en suivant bien les conseils nutritionnels adaptés et en ayant un bon niveau d’activité physique. C’est aussi la raison pour laquelle les personnes qui ont suivi beaucoup de régimes tout au long de leur vie ont de plus en plus de mal à maigrir. Raison de plus pour brûler des calories en bougeant !

Pour aller plus loin