La cigarette est nocive pour la santé et les filtres sont un fléau pour l’environnement, en raison des substances qu’ils contiennent. Pour lutter contre les mégots de cigarettes sur les trottoirs, certaines villes ont mis en place des sanctions.

Les cigarettes se consument mais les mégots restent

Les chiffres sont alarmants : 8 millions de mégots jetés chaque minute dans le monde selon l'association Droits des non-fumeurs (DNF), 350 tonnes de filtres usagés ramassés chaque année à Paris selon le gouvernement ou encore 15 000 bouts de cigarettes trouvés en moins d’une heure autour du canal de L’Ourcq selon l'association Surfrider.

Ces déchets constituent un véritable fléau et un défi majeur de préservation de l’environnement. L’association DNF appelle ainsi les pouvoirs publics à agir sans attendre.

Moins de fumeurs mais autant de pollution

Alors que le nombre de fumeurs diminue de façon progressive en France, notamment après l’entrée en vigueur du paquet neutre, la pollution engendrée par les mégots continue d’être très importante.

Selon DNF, les filtres de cigarette contiennent certaines substances nocives qui se propagent dans les réseaux d’assainissement des eaux. Ces derniers n’étant pas équipés pour traiter ces substances, l’eau se retrouve donc dangereusement polluée :

« Nicotine, phénols et autres métaux lourds se répandent dans les eaux des stations d'épuration. Or, on estime qu'un seul mégot peut polluer 500 litres d'eau. Pis encore, cette pollution est durable, puisqu'un mégot peut mettre jusqu'à 12 ans pour se dégrader totalement. »

Des collectivités ont décidé d’agir

Face à ce problème de pollution majeur, certaines collectivités ont mis en place des actions concrètes pour lutter contre la multiplication des mégots dans les rues.

À Paris depuis fin 2015, jeter un mégot sur la voie publique est passible d’une amende de 68 euros. En 2017, ce sont pas moins de 21 000 procès-verbaux qui ont été dressés dans la capitale.

Du côté de Bordeaux, l’opération « Quartier zéro mégot » a été lancée avec l’association Écomegot et près d'un million de filtres usagés ont été collectés

Enfin, la ville de Lille a lancé le 1er février et une importante campagne de prévention et mis en place un système de contravention. Désormais, toute personne prise en flagrant délit de jet de mégot au sol devra s'acquitter d’une amende de 68 euros.

Il reste désormais à trouver une solution au problème des mégots jetés en pleine nature, lequel est à l’origine de nombreux incendies majeurs tout en continuant de trouver des solutions de recyclage originales.

Clément Kolodziejczak

Rédacteur Web Seo et Blogueur

Rédacteur Web Seo et Blogueur

Pour aller plus loin