Le terme psychotrope signifie littéralement « qui agit, qui donne une direction » (trope) « à l’esprit ou au comportement » (psycho). Sous le terme de médicaments psychotropes, on désigne les médicaments qui agissent sur les mécanismes neurobiologiques du cerveau c’est-à-dire qu’ils ont la propriété de modifier l’activité du cerveau en y réduisant ou en y stimulant certains processus biochimiques. Les neurones synthétisent des substances appelées neuromédiateurs et on observe une perturbation de ces neuromédiateurs dans certains troubles psychiques : les médicaments psychotropes agissent sur ces neuromédiateurs.

Pourquoi prescrit-on des médicaments psychotropes ?

Les médicaments psychotropes, qui regroupent un ensemble hétérogène de molécules, ont comme point commun de proposer une réponse chimique à un trouble psychiatrique identifié. Ces médicaments, d’action exclusivement symptomatique, font partie de la prise en charge thérapeutique psychiatrique sans pour autant la résumer.

Ils sont utilisés pour lutter contre les troubles dépressifs, les troubles bipolaires, les troubles anxieux ou les troubles schizophréniques.

Les différentes catégories de psychotropes

Les médicaments psychotropes regroupent plusieurs catégories de produits ayant pour fonction d’agir sur l’activité cérébrale (cf. HAS) :

  • Les hypnotiques (ou somnifères), souvent des benzodiazépines, luttent contre certains troubles du sommeil en induisant ou en maintenant celui-ci. Notons cependant que l’insomnie peut masquer d’autres problèmes : apnée du sommeil, dépression... qu’il convient aussi de traiter pour voir disparaître les problèmes de sommeil sur le long terme.
  • Les antidépresseurs traitent les épisodes dépressifs avérés, et sont indiqués dans certains troubles anxieux et du comportement alimentaire.
  • Les anxiolytiques (ou tranquillisants), souvent des benzodiazépines, réduisent les symptômes anxieux. Notons qu’il existe des alternatives non médicamenteuses pour soigner l’anxiété (soutien psychologique, thérapies cognitivo-comportementales...) et que, dans de nombreux cas chez le sujet âgé, les signes anxieux peuvent masquer une dépression.
  • Les neuroleptiques réduisent les symptômes psychotiques dans certains troubles du comportement liés à des maladies comme la schizophrénie.
  • Les thymorégulateurs traitent les épisodes maniaques et dépressifs dans le trouble bipolaire. A long terme, ils préviennent la réapparition de ces épisodes.
  • Les psychostimulants soignent les troubles déficitaires de l’attention, stimulent la vigilance et aiguisent les perceptions sensorielles. Cette classe compte très peu de médicaments.

Chiffres

Le rapport de la CNAM de juin 2017 met en évidence un certain nombre de données :

  • 19,3 milliards d’euros, c’est le coût annuel de la santé mentale : ce chiffre comprend à la fois les coûts d’hospitalisation et de consultation pour maladie psychiatrique et la consommation de médicaments psychotropes.
  • Entre 2012 et 2015, le coût de la santé mentale a progressé de quasiment 1,3 milliard d’euros.
  • Les dépenses en lien avec la santé mentale représentent la deuxième grande catégorie de dépenses étudiées, note Christelle Gastaldi-Ménager, responsable du département des études sur les pathologies et les patients. Si on regarde dans le détail, les femmes consomment beaucoup plus de psychotropes que les hommes ».
  • A 55 ans une femme sur dix consomme régulièrement des psychotropes pour un homme sur 5. Passé 75 ans, 34,8 % des femmes y ont recours contre seulement 22,5 % des hommes.
Fondation Pierre Deniker

La Fondation Pierre Deniker a trois missions phares : informer le plus largement possible sur la santé mentale, aider la société à modifier son regard sur les troubles psychiques en luttant contre la discrimination, la désinformation et la stigmatisation, soutenir des programmes de recherche innovants. C’est la seule fondation reconnue d’utilité publique dans le champ de la santé mentale.

http://www.fondationpierredeniker.org/ 

La Fondation Pierre Deniker a trois missions phares : informer le plus largement possible sur la santé mentale, aider la société à modifier son regard sur les troubles psychiques en luttant contre la discrimination, la désinformation et la stigmatisation, soutenir des programmes de recherche innovants. C’est la seule fondation reconnue d’utilité publique dans le champ de la santé mentale.

http://www.fondationpierredeniker.org/ 

Pour aller plus loin