L’autonomie des seniors est un véritable enjeu de santé publique mais également un secteur en plein essor Des solutions innovantes sont proposées, aussi bien dans les services à la personne, la dématérialisation de documents ou encore la robotique, le secteur qui nous intéresse aujourd’hui.

La majorité des personnes âgées de 65 ans ou plus vivent jusqu’à un âge avancé à leur domicile. En 2015, moins de 2 % des 65-74 ans résidaient en institution, cette part augmentant avec l’âge pour atteindre 21 % parmi les 85 ans ou plus. Près des deux tiers des personnes résidant en institution sont ainsi âgées de 85 ans ou plus. Cependant, l’avancée en âge implique généralement une diminution de l’autonomie et continuer de vivre dans son lieu d’habitation peut devenir réellement difficile.

Avec la diminution des professionnels de santé et l’augmentation du nombre de personnes âgées en France, la robotique d’assistance à la personne peut être une des solutions pour le maintien à domicile. Le secteur est d’ailleurs en fort développement depuis quelques années.

Un secteur en devenir

La robotique est un secteur en devenir dans le domaine de l’aide au maintien à domicile des personnes âgées. De nombreux robots commencent ainsi à arriver sur le marché : les robots ménagers, les robots d’aide au déplacement, les robots compagnons ou de téléprésence, les robots aides-soignants et même les robots humanoïdes.

Bien que la robotique inquiète, de peur que les relations sociales soient remplacées par des interactions homme/machine omniprésentes dans les années à venir, elle est pourtant une opportunité d’offrir aux seniors une présence. 

En 2018, le marché de la robotique d’assistance aux personnes en perte d’autonomie devrait représenter entre 1 et 2,5 milliards d’euros selon une étude commandée par le Pipame. D’ici 2025, la robotique de services devrait représenter 80% du marché global de la robotique.

Des robots déjà intégrés à notre quotidien

Si les robots ménagers, comme les machines à café programmables ou encore les aspirateurs automatiques, font partie de notre quotidien, d'autres robots dédiés à l'aide commencent à arriver sur le marché.

L’un des robots les plus connus est Paro, un petit robot à vocation socio-pédagogique pour venir en aide aux personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer. Créé en 2013 et très populaire dans les pays scandinaves et en Allemagne, Paro est arrivé en France en 2014. Plus de 100 établissements de santé en sont équipés afin d’aider les patients souffrant de troubles du comportement et de la communication.

Le robot humanoïde Nao a été créé en 2006 et en est aujourd’hui à sa cinquième version. Il est utilisé en France dans certains centres spécialisés pour accompagner et encourager certains patients. En juillet 2015, il a même occupé le poste de réceptionniste dans un hôtel grâce à sa capacité à s’adresser aux clients en différentes langues.

ROMEO est de son côté un robot humanoïde d’un peu plus d’un mètre qui aide les personnes âgées en perte d'autonomie en ouvrant des portes ou ramassant des objets sur la table. Il dispose également de fonctionnalités de surveillance non-intrusives qui ne dérangent pas le senior, tout en veillant sur lui en cas d'incident.

Le secteur est donc à suivre de près même si ce sont le Japon et la Corée du Sud qui le dominent actuellement. Au début simple « suiveur » du Japon, la Corée du Sud ambitionne aujourd’hui de devenir leader sur le marché de la robotique de service et détenait déjà en 2018 20 % du marché mondial. Autre annonce récente marquante, le gouvernement sudcoréen souhaite qu’un robot soit présent dans chaque foyer sudcoréen en 2020. Tous domaines de la robotique confondus, la Corée du Sud représente aujourd’hui le 4ème marché mondial.

Clément Kolodziejczak

Rédacteur Web Seo et Blogueur

Rédacteur Web Seo et Blogueur

Pour aller plus loin