Pas de scoop, certes ….. mais pas d’hésitation pour rappeler que les résultats de la vaccination au niveau de la population générale, pour maintenir le contrôle et l’élimination de maladies transmissibles possiblement graves, dépendent des vaccinations individuelles.
Et pas d’hésitation pour les réponses de bon sens aux questions et arguments les plus fréquents contre la vaccination :
« Moi je suis contre, car l’année dernière je ne me suis pas fait vacciner contre la grippe, et je ne l’ai pas eue »
OK, moi j’ai rencontré quelqu'un qui m’a dit ne pas avoir regardé si le feu était au rouge pour les voitures avant de traverser et ne pas s’être fait renverser ….. je n’en conclus pas que les feux ne réduisent pas le nombre de piétons renversés en traversant !
« Bon, mais finalement la grippe ce n'est pas si grave ; je suis en bonne santé et je résisterai ! »
Probablement, mais on se vaccine pour soi-même, ET pour protéger son entourage, familial ou professionnel, qui peut être plus fragile et avoir des complications graves, parfois mortelles de cette infection.

C’est le cas des personnes âgées, et/ou atteintes de maladies chroniques. L’épidémie de fin 2016-début 2017 a été responsable d’un excès de décès estimé à 19400 cas ….
« Oui mais je suis contre, car il n’y a plus de maladies comme la polio, le tétanos, ou la diphtérie depuis des décennies en France, et pourtant la vaccination est encore recommandée »
OK, mais c’est grâce à la vaccination de masse que ces maladies ont disparu !

La vaccination est une des interventions sanitaires les plus efficaces et les moins coûteuses pour combattre les maladies infectieuses. Elle permet de réduire la transmission des virus et des bactéries, assurant une protection individuelle et diminuant le risque d’épidémie. Les campagnes de vaccination ont permis l’éradication de la variole dans le monde et de la polio dans beaucoup de pays. La polio persiste ou réapparaît dans des régions où l’accès aux programmes de vaccination n’est pas effectif, du fait de conflits politiques, de guerre, de déplacements de populations.
« Bon, mais prenons la rougeole ce n’est pas un drame, pas besoin de se vacciner ! ; d’ailleurs, il n’y a quasi plus de cas en France et en Europe »
Faux ! la rougeole est responsable de complications respiratoires et neurologiques graves. 1 à 5% des enfants atteints en meurent dans les pays en développement.

En France, l’augmentation, depuis 1983, de la couverture vaccinale été efficace et réduit considérablement le nombre de cas ; mais cette couverture vaccinale doit être maintenue et doit concerner plus de 95% de la population pour être efficace, c’est-à-dire permettre l’élimination de la maladie. Depuis 2008, elle est insuffisante et explique la survenue d’épidémies dans plusieurs régions (plus de 24 000 personnes atteintes entre 2008 et 2012, avec plus de 30 complications neurologiques graves et 10 décès). Des épidémies sont observées dans plusieurs pays (Roumanie, Ukraine, Pologne, Allemagne, Suisse, Italie).

Une personne qui a la rougeole peut infecter, en toussant ou en éternuant, entre 15 et 20 personnes son entourage ! On se vaccine pour soi-même, pour protéger les autres, et pour permettre l’élimination de maladies infectieuses parfois graves.

Les campagnes de vaccination massives ont permis de sauver plus de 4 millions d’enfants dans le monde, en moins d’une dizaine d’années.
« D'accord, d’accord, j’ai compris le message : nous sommes tous responsables de la santé dans le monde, on se vaccine pour soi-même et pour les autres »
Une seule réponse, OUI !
Pr Sophie Matheron

Pour aller plus loin