Après être allé chez votre ophtalmologiste, le diagnostic est posé : vous êtes presbyte. Pas de panique pour autant, ce phénomène touche de nombreuses personnes. Voici nos conseils pour bien vivre ce changement. 40%, c'est le nombre de personnes qui souffriront de presbytie en 2020.

Un phénomène en augmentation

S’il est un domaine où l’égalité des sexes est bien respectée, c’est celui de la presbytie puisqu’elle touche autant les hommes que les femmes. En France, on compte environ 20 millions de personnes presbytes, soit un peu plus d’un Français sur trois. Un chiffre qui devrait continuer d’augmenter pour atteindre les 40% en 2020.

La presbytie est due à un défaut du cristallin qui perd progressivement de son élasticité. Il ne permet alors plus de faire la mise au point en changeant de courbure selon la distance où se trouvent les objets que l’on regarde, ce qui provoque notamment des difficultés pour lire. Cette dégradation de la vue apparaît généralement, et de façon plus ou moins prononcée, entre 40 et 50 ans et se stabilise autour de 60 ans. Elle nécessite un peu d’adaptation mais plusieurs solutions existent.

Les verres progressifs, la solution idéale

En quelques décennies, la recherche a fait de grandes avancées pour proposer aux personnes atteintes de presbytie des solutions adaptées et efficaces. Les ophtalmologistes recommandent la plupart du temps l’utilisation de verres progressifs. Dans une interview, le Docteur Olivier Laplace, chirurgien ophtalmologiste à l’Hôpital des Quinze-Vingt, explique que

« Les verres progressifs sont de loin la solution la plus utilisée dans la vie courante car ils permettent de ne pas changer continuellement de lunettes selon ses activités de la journée. Ils corrigent bien entendu tous les troubles de la réfraction : myopie, astigmatisme, hypermétropie… »

Des lentilles de contact, une solution alternative efficace

Il est également possible de recourir à des lentilles de contact si vous ne souhaitez pas porter de lunettes. Elles nécessitent un temps d’adaptation et de faire un compromis visuel car elles n’offrent pas les mêmes possibilité de correction qu’une paire de lunettes. Vous devrez alors faire un choix entre voir un peu moins bien de loin au profit de la vision de près ou inversement. Toujours selon le Docteur Laplace,

« Il faut s’assurer de l’absence de contre-indication aux ports de lentilles ou de pathologie de la surface oculaire. Ensuite, il existe des personnes qui éprouvent des difficultés à la mise en place des lentilles, d’autres n’apprécieront pas le dispositif visuel et le rendu.»

Enfin, le port des lentilles 7j/7 est à éviter car celles-ci ne permettent pas l’oxygénation de la cornée, ce qui peut, à terme, nuire à la santé oculaire.

Pour aller plus loin