Promouvoir une alimentation saine et durable à l’école

Selon une étude du Fonds français pour l’alimentation, les ados d'aujourd'hui se disent préoccupés par la qualité de ce qu'ils mangent et leur équilibre alimentaire. D'où viennent les produits que nous consommons, comment ont-ils été produits, quelles substances contiennent–ils et que deviennent-ils une fois jetés ?

Une éducation à l’alimentation doit permettre d’apporter des réponses à ces questions et de donner aux élèves les connaissances qui leur permettront ensuite de faire des choix alimentaires conscients pour leur santé et la préservation de leur environnement. 

Avec Eco-Ecole, plus de 400 écoles, collèges et lycées ont choisit de faire de l’alimentation durable un des axes de leur projet pédagogique.

Produits locaux et de saison au menu de la cantine

L'éducation à l’alimentation intervient en classe, dès l'école où les enfants acquièrent leurs premières habitudes alimentaires. Les enseignants jouent un rôle clé pour apprendre aux élèves les règles d'un bon comportement alimentaire et leur faire connaître les effets de l'alimentation sur la santé.

L’Eco-Ecole Georges le Bail de Plozévet participe à la semaine du goût qui a lieu chaque année au mois d’octobre. Pour la directrice Madame Brouté, une éducation au goût dès le plus jeune âge est un élément important d’une éducation à l’alimentation. « Il faut entretenir la curiosité des enfants en leur permettant de goûter à l’école de nouveaux produits qu’ils ne consomment pas toujours dans leurs familles ».

L’équipe éducative peut pour cela compter sur l’aide et le savoir-faire du chef du restaurant. Il s’attache à varier les préparations et les présentations et faire de chacun des repas servis à la cantine un moment de découverte.

Une fois par trimestre, une dizaine d’élèves volontaires participent à la commission menu. C’est un moment d’échange où les élèves sont libres de faire des propositions. Le chef cuisinier prend le temps d’y expliquer son métier. Il y transmet ses connaissances et sa passion pour les produits de la terre et de la mer. Associé à un travail en classe sur la nutrition, cette démarche cherche à rendre les élèves acteurs de leur alimentation à l’école.

Les élèves s’ouvrent progressivement à de nouvelles saveurs et apprécient les plats qui leur sont servis. Pour la directrice, le résultat est très positif et cela se voit en fin de service par la quantité de nourriture jetée. Elle a nettement diminué !

Place aux légumineuses

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’ environnement et du travail (Anses) a présenté en janvier 2017 les principaux résultats de l’actualisation des repères nutritionnels du Programme national nutrition santé (PNNS), qui vise à améliorer l’état de santé de la population en  agissant sur l’alimentation. Elle y recommande de manger moins de viande.

De plus en plus d’écoles et d’établissement scolaires font déjà le choix de servir des repas végétariens au restaurant scolaire. Et dans bien des cas, ce sont les élèves qui formulent le souhait que davantage de protéines végétales soient intégrées au menu des cantines.

La Maison Familiale et Rurale (MFR) de Brens dans le Tarn, engagée dans le programme Eco-Ecole, a choisi en 2017 d’axer son projet sur l’alimentation et de s’intéresser à  la diversité et la qualité des protéines végétales et animales sur le territoire tarnais.

La MFR développe déjà des actions qui vont dans le sens d’une alimentation durable et propose notamment aux convives du restaurant des produits à 40% issus d’exploitations locales.

Mais elle souhaite aller plus loin et propose son premier menu végétarien en mars. Il est composé d’une bouchée à la reine, d’un risotto, d’une ratatouille, d’un fromage et d’un crumble aux pommes. Aucune de ces préparations ne contient de viande. A l ‘issue du repas, les élèves sont interrogés sur leurs impressions, plus de la moitié d’entre eux se disent satisfaits.

Cette année, le repas végétarien a été pérennisé à raison d’un par semaine. Pour l’équipe éducative « c’est avant tout un projet pédagogique, qui s’accompagne de formations et de sensibilisation à l’alimentation durable auprès des élèves. Bien que le questionnaire ait donné lieu à des résultats encourageants, il a aussi montré que les élèves avaient besoin d’un accompagnement au changement. Nous avons donc réalisé des affiches pour expliquer ce que sont les légumineuses et leur intérêt sur le plan environnemental et pour la santé. »

L’environnement du repas, un élément à ne pas négliger

Au-delà du contenu de nos assiettes, notre culture alimentaire place le plaisir et la convivialité au cœur de notre rapport à l’alimentation. Il est donc intéressant dans le cadre d’un projet d’établissement scolaire axé sur l’alimentation, de s’intéresser à l’environnement du repas.

Les cantines scolaires sont généralement des lieux bruyants et cela peut générer du stress chez les élèves et les personnels qui y travaillent. Des solutions existent et elles ne nécessitent pas forcément de lourds travaux. Il peut s’agir d’installer des toiles cirées ou des sets de table pour atténuer les bruits des verres et couverts, ou de mettre des balles de tennis coupées sous les pieds des chaises qui crissent.

Et pour faire passer des messages, pourquoi ne pas réaliser des affiches. Installées dans le restaurant scolaire, elles permettent de communiquer sur la démarche de l’école ou de l’établissement scolaire et de sensibiliser aux enjeux d’une saine et durable.

Des perspectives encourageantes

Alors que le taux d’obésité a commencé à diminuer aux Etats-Unis et en Europe de l'Ouest, il apparait que le phénomène s’accélère dans les pays à faible et moyen revenus et particulièrement en Asie. Pour enrayer cette tendance, un effort doit être fourni pour améliorer la nutrition tant à la maison qu'à l'école afin d'éviter que les enfants obèses développent un diabète une fois arrivés à l'âge adulte.

En France, des initiatives en faveur d’une alimentation qui serait plus saine et davantage ancrée dans le territoire, se multiplient. Les collectivités locales se saisissent du sujet et cherchent à intégrer le bio et le local dans leurs appels d’offre de restauration collective.

Récemment, le Ministre de la Transition écologique et solidaire s’est dit favorable à l’introduction dans la loi de l’obligation de servir un repas végétarien par semaine au collège et lycée et a déclaré souhaiter passer la part obligatoire de produits biologiques dans la restauration scolaire à 50%.

Eco-Ecole par Terragir

Eco-Ecole est un programme de l’association Teragir.

Pour s’inscrire ou pour + d’information: www.eco-ecole.org

Eco-Ecole est un programme de l’association Teragir.

Pour s’inscrire ou pour + d’information: www.eco-ecole.org

Pour aller plus loin