Vous avez entendu parler du radon et vous vous demandez de quoi il s’agit ou si c’est dangereux pour la santé ? Voici quelques éléments de réponse.

Qu'est-ce que le radon ?

Le radon est un gaz radioactif d’origine naturelle provenant de la désintégration de l’uranium présent dans la croûte terrestre. On en trouve un peu partout à la surface du globe et sa production ainsi que sa concentration ne sont pas uniformes. Ce gaz inodore, incolore et inerte est plus fortement présent dans les sous-sols granitiques et volcaniques, ce qui explique les niveaux élevés en radon observés dans des régions comme la Bretagne, le Massif Central, les Pyrénées, les Alpes ou la Corse. Le radon peut aussi être issu de certains matériaux de construction qui utilisent des roches naturellement radioactives telles que le granit ou le basalte. Enfin, il peut provenir du dégazage naturel de l'eau et se concentrer dans les eaux souterraines.

Le radon a tendance à s'accumuler dans les endroits clos comme les bâtiments en y pénétrant depuis le sous-sol. Un habitat français contient généralement un niveau moyen de radon inférieur à 100 Bq/m3. Ce chiffre peut toutefois varier en fonction des caractéristiques techniques des bâtiments.

En 1987, il a été reconnu cancérigène pulmonaire certain pour l'homme par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l’Organisation mondiale pour la santé (OMS). Considérant que le risque de cancer des poumons augmente de 16 % tous les 100 Bq, l'OMs a revu à la baisse sa recommandation concernant le radon. Le seuil est ainsi passé de 1 000 Bq/m3 en 1996 à 100 Bq/m3 en 2009. Cette nouvelle recommandation a été consigné dans le manuel « WHO Handbook on indoor radiations » publié par l'OMS, lequel conseille également aux pays ne pouvant parvenir à ce nouveau standard de s'attacher à rester sous le seuil de 300 Bq/m3 et d'effectuer des travaux correctifs à partir de 400 Bq/m3.
 

Quels sont les effets du radon sur la santé ?

Le radon est la principale source d'exposition aux rayonnement ionisants en France et le deuxième facteur de risque de cancer du poumon juste après le tabagisme. Il est à l'origine de près de 3000 décès annuels de cancers du poumon selon le Ministère des Solidarités et de la Santé.

À long terme, l'inhalation de radon peut augmenter le risque de développer un cancer du poumon. En effet, si la peau d'un humain est assez épaisse pour ne pas être affectée par le radon, ce n'est pas le cas des bronches et des poumons. Les produits de désintégration du radon, associés aux poussières que nous respirons, s'accumulent dans le tissu pulmonaire et l'irradient. L'augmentation des risques de développer un cancer du poumon est proportionnelle à l’exposition cumulée tout au long de sa vie, qui dépend non seulement de la concentration en radon mais aussi du temps passé dans un lieu donné. Pour connaître les risques d'une habitation, il est nécessaire de connaître les concentrations en radon des pièces où une personne se trouve le plus souvent.

A noter que le risque de développer un cancer du poumon est 20 fois plus élevé chez un fumeur que chez un non fumeur pour une même exposition au radon.
 

Comment le radon s'incruste-t-il dans les habitations ?

La radon présent dans un bâtiment peut être issu du sol, des matériaux de construction et de l'eau de distribution. La concentration de radon dans l'air d'un appartement ou d'une maison dépend non seulement des caractéristiques du sol mais aussi du bâtiment et de la ventilation. Elle peut ainsi varier en fonction des habitudes des résidents concernant l'aération des pièces et l'utilisation du chauffage.

Le radon entre généralement dans un bâtiment via les parties en contact direct avec le sol comme la cave ou le plancher au niveau le plus bas. Il se diffuse ensuite dans les autres pièces du lieu. Certaines caractéristiques des bâtiments comme les fissures ou le passage de canalisation à travers les dalles et les planchers peuvent aussi faciliter l'infiltration du radon.

Pour diminuer la concentration de radon dans une habitation et diminuer les risques de développer un cancer du poumon à cause de son inhalation, il est conseillé d'assurer l'étanchéité des sous-sols, des vides sanitaires, des murs et des planchers et d'aérer régulièrement les pièces de son logement.
 

Clément Kolodziejczak

Rédacteur Web Seo et Blogueur

Rédacteur Web Seo et Blogueur

Pour aller plus loin