Photo représentant une femme devant un miroir fissuré
Devenir mère et rester femme, la naissance d’un nouvel équilibre psychique

Quand l’image idéalisée de la maternité se fissure …

« Enfin ce jour est là ! … mais rien ne se passe comme « prévu » […] De là ma réaction n'a pas été celle attendue par mon entourage. C'est vrai, je l'attendais tellement cet enfant […] Et le repousser dans ses premières heures de vie n'était pas « logique » Mélanie, maman en formation continue …

Publié le 24/07/2017
9 ans de relation, un chien, un appartement et une folle envie de materner depuis mon plus jeune âge ... Voilà comment tout a commencé, en soi une histoire assez banale !

10 mois d'essais pour enfin voir s'afficher ce mot tant attendu en avril 2016 : enceinte ! Un Bébé de décembre, entre Noël et le jour de l'an, bref le plus beau cadeau que la vie pouvait nous faire ! La grossesse s'est passée à merveille, d'une femme complexée par ses kilos accumulés je suis devenue une femme enceinte fière et bien dans ce corps qui n'a pas changé hormis ce ventre magnifique qui pousse, renfermant ce petit trésor qui nous rappelle qu'il est là à grand coup de pieds !

Et puis la date « butoir » qui n'en est pas une arrive … Rien ! j+2, rien ! A j+4, on décide de déclencher l'accouchement. Entrée le lundi soir à l'hôpital, je « n'accouche » que dans la nuit de jeudi à vendredi, après 3 jours de contractions épuisantes, plus de 9 mois de grossesse, 10 mois d'attente de création et des années d'attente de fonder une famille ! 

Enfin ce jour est là ! … mais rien ne se passe comme « prévu » et le plus beau jour de Ma vie se transforme ... Le cœur de Bébé fatigue, je suis épuisée, c'est décidé ce sera une césarienne d'urgence, papa en salle d'attente, moi tremblante devant un champ bleu, sentant tout mais sans douleur, on sort un bébé de 4,3kg de mon ventre ... on me l'arrache plutôt ... je le vois 1/4 de seconde et ensuite on l'emmène loin de moi ...

De là ma réaction n'a pas été celle attendue par mon entourage. C'est vrai, je l'attendais tellement cet enfant, la normalité aurait dû être le bonheur absolu !  Et le repousser dans ses 1ères heures de vie n'était pas « logique » mais je me sentais vide, seule face à cette nouvelle situation. Les jours à l'hôpital sont passés, et même plutôt bien grâce au personnel soignant, mais pas le retour à la maison ... Des sentiments forts sont nées avec la retombée des hormones et le baby blues s'est installé : pleurs, fatigue, rejet de ce petit être qui n'est sensé m'apporter « Que du bonheur ».

Mais je ne ressens pas de bonheur, juste du vide, de la peur, de la panique d'avoir voulu changer notre vie qui était au final si parfaite ... et ensuite la culpabilité d'oser penser cela dans cette société où la maternité ne doit se vivre qu'avec le sourire !

Heureusement, mon compagnon, ma maman et les autres femmes de mon entourage ont été là et m'ont écoutée attentivement, pas forcément comprise, mais écoutée et c'est déjà beaucoup ! Alors petit à petit on partage nos expériences, avec les mamans récentes, les moins jeunes et on se rend compte qu'aucune n'a vécu vraiment un état de béatitude complet en devenant mère ... qu'en fait ce tabou des débuts est fort depuis des générations mais qu’on le vit quasiment toutes ! Je regrette juste que l'on en parle pas assez, ce n'est pas honteux ! Mais cela m'aurait aidé à me préparer mieux que ça psychologiquement, parce-que soyons francs, peu importe l'envie, le désir et l'attente, on n'est jamais prête à devenir mère … je pensais l'être pourtant !

Et ce lien mère/enfant dont on nous rabat les oreilles à longueur de temps ... non ce n'est pas inné, non parfois ce lien n'existe pas et il faut le créer, s'apprivoiser, apprendre à se connaître ! Il faut travailler à devenir maman ! 

J'ai mis environ 6 semaines à le devenir vraiment, c'est long et angoissant mais une fois que les nuits vont mieux, que l'on commence à se comprendre, tout va mieux ! Et l'on peut enfin profiter de ces moments uniques dont on entendait parler chez les autres !

Aujourd'hui les sourires de mon fils Nayan né Le 6 Janvier 2017 sont ma plus belle récompense et le voir évoluer et grandir chaque jour est un vrai bonheur !!! On va prendre le temps de profiter de notre nouvelle vie et puis qui sait, dans quelques années (une fois que les petits bobos seront oubliés), on agrandira peut-être la famille …

Pour aller plus loin