Le gouvernement a annoncé le lancement de l’élaboration du Plan « Mon environnement, ma santé » ainsi que sa stratégie sur les perturbateurs endocriniens.

Un plan effectif fin 2019

Lors des Rencontres nationales Santé-environnement à Bordeaux, le gouvernement a levé le voile sur les chantiers prioritaires pour renforcer la protection en santé environnementale.

Le ministre de la Transition écologique et solidaire et la ministre des Solidarités et de la Santé ont notamment annoncé le lancement de l’élaboration du plan « Mon environnement, ma santé ».

« Connaître précisément les effets de notre environnement sur la santé est indispensable pour apporter les réponses médicales et préventives les mieux adaptées. En stimulant la recherche scientifique dans ce sens, nous obtiendrons les connaissances nécessaires à la formation des professionnels de santé, ainsi qu’à la bonne information des citoyens, préalable décisif au changement des comportements »

Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé

Le quatrième Plan national santé environnement (PNSE 4) vise « à réduire les impacts des facteurs environnementaux sur la santé grâce à la mobilisation de tous les acteurs du territoire. Il succèdera au troisième plan national santé environnement [ndlr PNSE 3] qui arrive à échéance fin 2019 »  selon le communiqué du ministère de la transition écologique et solidaire. Co-piloté par les deux ministères, il comprend 4 priorités fixés par François de Rugy et Agnès Buzyn :

  • Mieux identifier les expositions nocives et les effets de l’environnement sur la santé des populations (« exposome ») ;

  • Informer, communiquer et former les professionnels et les citoyens ;

  • Démultiplier les actions concrètes menées dans les territoires ;

  • Réduire les expositions et les inégalités environnementales.

Le gouvernement souhaite impliquer les territoires

Ce 4e plan national s'accompagnera de la création d’une boîte à outils dont l'objectif est d’encourager et de mutualiser des actions locales réussies en faveur de la santé et de l'environnement, ont précisé les deux ministres. « Chacun d’entre nous vit dans un milieu où l’Homme et la nature sont intimement liés : dégrader l’environnement, c’est affecter durablement notre santé. Les territoires sont en première ligne pour lutter contre les pollutions et mettre en œuvre des actions au service des citoyens. C’est la raison pour laquelle le Gouvernement entend construire avec eux un « Plan national santé environnement » ambitieux, qui d’ores et déjà s’incarne à travers une stratégie de lutte contre les perturbateurs endocriniens » a précisé François de Rugy.

Les travaux d'élaboration du plan seront conduits durant l'année 2019 dans le cadre du Groupe santé environnement, qui regroupe des représentants de l'Etat, des collectivités territoriales, des ONG, des employeurs, des salariés, des personnes qualifiées et des professionnels de santé.

Clément Kolodziejczak

Rédacteur Web Seo et Blogueur

Rédacteur Web Seo et Blogueur

Pour aller plus loin