Les relations sociales sont parmi les choses qui prédisent le mieux le bonheur (et il ne s’agit pas d’une simple corrélation !). En fait, pour être heureux, nous avons besoin de passer six ou sept heures par jour dans des cadres sociaux – jusqu’à neuf heures si nous avons un emploi stressant, que nous soyons extravertis ou introvertis.

Deux chercheurs, Ed Diener et Martin Seligman, dans l’étude qu’ils ont menée sur des personnes exceptionnellement heureuses (les 10 % supérieurs, sur 222 étudiants) ont trouvé une seule grande différence entre les plus heureux et le reste des étudiants. Les gens très heureux avaient une vie sociale riche et satisfaisante. Ils passaient le moins de temps possible tout seuls, avaient de bonnes relations amicales et avaient un(e) petit(e) ami(e). Ils n’avaient pas vécu moins d’événements négatifs et plus d’événements positifs, ni ne différaient des autres pour la quantité de sommeil, de temps passé à regarder la télévision, la quantité d’exercice physique, la consommation de tabac, d’alcool, etc. 

Par ailleurs, le mariage conduit généralement à une augmentation rapide du BIEN ÊTRE SUBJECTIF, ce qui, malheureusement, décroît au bout d’un certain temps. Cependant, le bonheur ne revient pas à son point de départ, mais continue à un niveau supérieur à ce qu’il était auparavant. Donc, le mariage change le niveau déterminé du BIEN ÊTRE SUBJECTIF, bien que ce changement ne soit pas très grand. Cependant, si votre relation est mal en point, vous êtes probablement moins heureux que les gens qui ne sont pas mariés ou que ceux qui sont divorcés.

La Harvard Study est une étude portant sur  les facteurs du développement et d’une vieillesse heureuse est la plus longue étude de l’histoire de la psychologie réalisée pendant plus de 60 auprès d’étudiants d’Harvard. Celle-ci se conclut ainsi : « la chaleur des relations tout au long de la vie ont le plus grand impact positif sur la satisfaction de la vie », en résumé « le bonheur est amour ».

LIVRES : 

BONIWELL, I. Introduction à la psychologie positive, science de l’expérience optimale ;  Paris, Editions Payot & Rivages, 2012.

MARTIN-KRUMM, C. et BONIWELL, I. Pour des ados motivés, les apports de la psychologie positive, Odile Jacob, 2015.

S. DAVID,S. , BONIWELL, I., CONLEY, A. The Oxford Handbook of Happiness, Oxford, Oxford University Press, 2012.

LYUBOMIRSKY, S. The How of Happiness: A New Approach to Getting the Life You Want, Penguin Books 2008

SELIGMAN, M.  Flourish, a visionnary newunderstanding of hapiness and well being, 2012.

 

VIDEO :

The good life, Robert WALDINGER, Tedx

Ilona Boniwell

Professionnelle renommée en Psychologie Positive, à la direction de la société de conseil Positran qui œuvre à la transformation positive par la psychologie.

Professionnelle renommée en Psychologie Positive, à la direction de la société de conseil Positran qui œuvre à la transformation positive par la psychologie.

Saphia Larabi

Chargée de transformation, formation et communication, au sein de Positran.

Chargée de transformation, formation et communication, au sein de Positran.

Pour aller plus loin