L'OMS ne cesse de mettre en garde sur les effets de l'activité de l'homme sur le climat. Or, chacun peut agir à son niveau, et modifier quelques habitudes quotidiennes pour adopter des gestes vertueux à la fois pour la santé et l'environnement.

L'OMS tire la sonnette d'alarme

En novembre 2016, Dr Margaret Chan, Directrice générale de l'OMS, El Houssaine Louardi, Ministre marocain de la santé et Hakima El Haite, Ministre marocaine de l’environnement, ont signé une tribune commune sur le site de l'OMS. Ils nous alertaient sur la qualité de l'air que nous respirons et qui ne cesse de se dégrader, ainsi que sur les conséquences que cela entraîne sur notre santé et sur la planète.

Les conséquences de la pollution touchent à la fois le climat et la santé. La pollution de l’air est pratiquement toujours d’origine humaine et bien souvent excessive. Les changements climatiques ont ainsi des conséquences néfastes sur la santé. Si rien ne change, l’OMS estime qu’entre 2030 et 2050, les changements climatiques seront responsables d’environ 250 000 décès supplémentaires chaque année dus notamment à la malnutrition, au paludisme, à la diarrhée et au stress thermique.

Des gestes du quotidien utiles pour sa santé et la planète

Pour lutter contre le réchauffement climatique, chacun peut agir au quotidien :

Diminuer la consommation de produits animaux

Sans forcément devenir végétarien, limiter nos apports en viande, en particulier la viande rouge (bœuf, mouton) qui a tendance à être consommée en excès, diminue le risque de maladies cardiovasculaires et de certains cancers. Au niveau de la planète, le secteur de l’élevage a émis un total estimé entre 7,1 et 8,1 milliards de tonnes équivalent CO2 en 2010, ce qui représente de 14,5 % à 16,5 % des 49 milliards de tonnes équivalent CO2 émises par l’ensemble des activités humaines cette même année. Diminuer la consommation de viande est donc bénéfique pour l'environnement et la santé.

Manger des fruits et légumes de saison

Manger des produits de saison comporte de nombreux avantages : les prix sont plus attractifs, les aliments offrent de meilleures qualités gustatives et conservent leurs bienfaits nutritionnels.

Au niveau de la planète, manger des fruits et légumes qui ne sont pas de saison a des conséquences non négligeables sur l'environnement. Par exemple, une fraise consommée en hiver a été produite sous serre, ce qui implique l'utilisation d'énergie pour la chauffer et des traitements chimiques de conservation ce qui contribue à l'augmentation du bilan carbone et des doses de pesticides utilisées. Manger des fruits et légumes de saison permet donc de réduire notre empreinte écologique.

Utiliser des circuits courts

Alors que la production et le transport de fruits et légumes produits hors saison a un impact important sur le réchauffement climatique à cause des émissions de gaz à effet de serre, consommer manger des fruits et des légumes locaux et de saison réduit les distances parcourues. En effet, un fruit importé nécessite 10 à 20 fois plus de pétrole que le même fruit produit localement !

Pour consommer des produits en privilégiant les circuits courts, il est intéressant de regarder les réseaux de petits agriculteurs comme les Amap ou des réseaux de communautés d'achat direct aux producteurs locaux comme La Ruche qui dit Oui. Pour les produits impossibles à trouver sur des marchés locaux tels que le café, les épices ou le chocolat, il est conseillé de privilégier ceux labellisés « commerce équitable » qui privilégient des méthodes de production écologiques.

Manger bio

Les produits bio ont l'avantage d'être meilleurs pour la santé car ils sont cultivés sans produits chimiques nocifs et en fonction des saisons. Cueillis à maturité, ils ont ainsi plus de saveurs que des produits qui finissent de mûrir en camions lors du transport puis chez vous. Denis Lairon, directeur de recherche émérite à l’Inserm, explique que « si la qualité nutritionnelle est très importante, l’absence quasi-totale de résidus de produits toxiques de traitement dans les aliments bio, alors que près de la moitié des aliments usuels en contiennent, est un avantage majeur ».

De plus, manger bio permet de préserver les équilibres naturels et les ressources car l'agriculture biologique maintient la vitalité des sols, la qualité de l'eau et respecte la biodiversité. Elle permet également de diminuer les effets des gaz à effet de serre tout en respectant le bien-être animal.

Se déplacer à pied ou en vélo sur les petites distances

En France, on considère que les transports sont responsables d’1/3 des émissions de gaz à effet de serre. Éviter de prendre la voiture et privilégier la marche à pieds ou le vélo est donc bon pour l'environnement puisque cela ne génère aucune pollution. C'est aussi très bon pour la santé puisque cela permet d'avoir une activité physique régulière.

Tous ces gestes du quotidien, ainsi que les actions des pouvoirs publics, peuvent ainsi permettre de faire face aux changements climatiques et améliorer le bien-être et la santé des populations.

Clément Kolodziejczak

Rédacteur Web Seo et Blogueur

Rédacteur Web Seo et Blogueur

Pour aller plus loin

Intemporel

Greta et la canicule

Le nouveau feuilleton de l’été en France s’est ca…

Greta et la canicule