1
Quiz terminé !

Découvrez votre score et le détail des réponses en vous connectant à votre compte

Vous n'avez pas encore de compte ? c'est gratuit et rapide !

% de bonnes réponses
Félicitations ! Vous avez terminé le quiz sur les troubles musculo-squelettiques !
Partagez vos résultats
  1. L’obésité augmente le risque d’apparition d’une lombalgie

    L'obésité n'augmente pas le risque d'apparition d'une lombalgie

    Bien que le surpoids soit un facteur d’augmentation des pressions sur les disques intervertébraux, il ne semble pas que la prévalence des lombalgies soit plus importante chez les obèses que dans la population générale. On peut émettre l’hypothèse que la raison en est la limitation relative des mouvements de la colonne, en particulier la flexion, par la masse abdominale. Par contre l’amaigrissement peut être un facteur de risque de lombalgie si au régime alimentaire on n’associe pas un renforcement des muscles protecteurs de la colonne vertébrale.

  2. Le tabac est un facteur de risque de lombalgie

    Les fumeurs ont un risque plus élevé de développer une lombalgie

    Les études montrent que la prévalence des lombalgies est plus grande chez les fumeurs que chez les non-fumeurs. L’hypothèse est que le tabagisme aurait des conséquences négatives sur la nutrition du disque intervertébral par une altération ou dégénérescence des fibres de ce dernier.  

  3. Le tassement des disques intervertébraux peut faire perdre jusqu'à 2 cm de taille dans une journée

    Le tassement des disques intervertébraux peut faire perdre jusqu’à 2 cm de taille dans une journée

    Les pressions discales varient en fonction des postures et des mouvements réalisés dans la journée. Ces contraintes expliquent les variations de taille journalière qui peuvent aller jusqu’à 2 cm. La position allongée la nuit permet de récupérer sa taille le lendemain matin.

    Une mauvaise position assise, un geste mal exécuté augmente de façon très importante les pressions vertébrales. Si on prend 100 comme référence de la pression intra discale d’un sujet debout, cette pression est de 170 debout ou penché, de 140 dans une position bien assise et de 185 mal assis [4].

    [4] Nachemson A. Lumbar intradiscal pressure. Acta Orthop Scand 1960, 43 (suppl)

  4. Au travail, le dossier de votre siège est un élément essentiel à la protection de votre dos

    Le dossier de votre siège n'est pas un élément essentiel à la protection de votre dos

    La bonne position assise est active car les courbes naturelles de la colonne vertébrale sont ainsi respectées (voir bonnes positions/mauvaise positions).

    Le dossier n’est à utiliser que pendant les périodes de repos. La position correcte au repos est celle qui offre la plus grande superficie de contact entre le dossier et son dos. 

  5. L’augmentation de l’automatisation des activités manuelles et l’amélioration de l’ergonomie des postes de travail les plus pénibles a permis de diminuer le nombre des personnes souffrant du dos

    L’augmentation de l’automatisation des activités manuelles et l’amélioration de l’ergonomie des postes de travail les plus pénibles n'a pas permis de diminuer le nombre des personnes souffrant du dos.

    Paradoxalement le nombre de mal de dos a augmenté au cours de ces dernières décennies, ce qui a amené à prendre en compte, en plus des contraintes mécaniques,  des contraintes psycho-sociales et en particulier le stress qui se traduit par de l'anxiété, des états de tension, de la fatigue [5].

    [5] ge-rach.PDF - http://www.ipubli.inserm.fr_bitstream_handle_10608_211_ sequence=16

Pour aller plus loin