Riez, c’est bon pour la sante !

D’après certains dires, les enfants riraient jusqu’à 300 fois par jour [1] tandis que pour les adultes, ce nombre se réduirait à 20. L’évolution des responsabilités ainsi que les conventions sociales inhibent peu à peu notre capacité à rire de manière spontanée et c’est bien dommage. En effet, il est aujourd’hui reconnu que le rire et l’humour sont d’incroyables alliés pour la santé et aident notamment à faire face au stress. Alors c’est parti : Un, deux, trois … Riez !

Les effets du rire sur l’organisme

En riant, nous oxygénons notre organisme, réduisons nos tensions musculaires et massons nos côtes, sans parler du travail effectué sur le diaphragme. Cela participe notamment à l’évacuation des résidus qui se trouvent dans nos poumons et élève notre capacité pulmonaire. Un spécialiste du rire de l’Université Western Ontario, Rod Martin, a réalisé une synthèse d’études en 1996 dont il a conclu que vivre sa vie avec humour aurait des conséquences positives sur la santé émotionnelle et psychologique. Il a également ajouté que cela pourrait avoir une incidence bénéfique sur la physiologie, pour soulager notamment certains symptômes de maladies physiques et pour améliorer certains aspects de l’immunité. Il a souligné que les personnes ayant un plus grand sens de l’humour auraient plus de facilités pour faire face aux expériences stressantes, les considérant comme des défis plutôt que des épreuves.

La thérapie par le rire

Dans une autre synthèse d’études datant de 2001, ce même professeur parle des différentes causes possibles des effets positifs du rire et de l’humour. D’une part, en provoquant des émotions positives intenses, ils pourraient entraîner des effets analgésiques et un renforcement du système immunitaire. D’autre part, une attitude plongée dans l’humour pourrait réduire le stress et ainsi, avoir un effet bénéfique indirect sur l’état de santé. En 1964, Norman Cousins a décidé de faire l’expérience d’une thérapie par le rire. Grâce au rire et à la pensée positive, il est parvenu à se guérir d’une pathologie arthritique très douloureuse, définie comme irréversible.  En 1976, ses résultats ont été publiés dans le New England Journal of Medicine, le faisant connaître du grand public et de la communauté médicale. Auteur de « Anatomy of an Illness : as Perceived by the Patient: Reflections on Healing and Regeneration » paru trois ans plus tard, sa méthode consistait à visionner des comédies aussi souvent que possible et à ingérer de très hautes doses de vitamine C. Il a remarqué que 30 minutes de visionnement étaient suivies de 2 heures sans douleur. Son rétablissement a pris 6 mois. 

Le rire à l’hôpital

Au début des années 80, le Dr Patch Adams a décidé d’avoir recours au rire et à l’humour pour soigner ses patients. De nos jours, des hôpitaux du monde entier laissent leurs patients profiter de la présence de clowns thérapeutiques. Dr Clown, un organisme existant au Canada effectue des visites hebdomadaires dans les hôpitaux de Toronto, Québec et Montréal. Ces clowns ont pour but de réduire l’anxiété due à l’hospitalisation chez les patients jeunes mais aussi remédier à la solitude des personnes âgées. Certains hôpitaux disposent même d’une salle de rire pour les adultes, dans laquelle ils peuvent regarder des films comiques, écouter des enregistrements humoristiques ou lire des livres ainsi que des bandes dessinées. Les programmes usant de l’humour ne sont toutefois pas réservés aux patients, les professionnels peuvent aussi en bénéficier afin de faire face plus facilement aux difficultés de leurs fonctions.

Julija Meilunaite, rédactrice

Rédactrice WEB et auteure de livres

Rédactrice WEB et auteure de livres

Pour aller plus loin