Les troubles du comportement alimentaire ou TCA sont des troubles mentaux avec un rapport au corps, notamment vis-à-vis du poids et de la nourriture, complètement faussé. La personne souffrante est en grande détresse, même si elle n’en a pas spécifiquement conscience ce qui met sa vie en danger.

Les TCA ont de nombreuses conséquences sur l’organisme et certains dommages peuvent s’avérer irréversibles. Parmi les troubles somatiques (troubles relatifs au corps), dont beaucoup peuvent être mortels, il y a : l’hyponatrémie, la chute de concentration en phosphore, l’hypokaliémie ou encore l’ostéoporose.

L’hyponatrémie

L’hyponatrémie : il s’agit d’une baisse de la quantité de sodium dans le plasma sanguin en-deçà de 135 mmoles/L. Le sodium est un élément chimique présent sous la forme d'ions positifs de formule Na+ dissous dans le plasma sanguin. La présence du sodium dans le sang permet de réguler le passage de l'eau, à partir du sang vers les cellules de l'organisme et inversement.

Le sodium est le principal responsable d’un phénomène de pression appelé pression osmotique. La pression osmotique est la pression minimale permettant le maintien de l’équilibre des concentrations entre deux liquides séparés par une membrane. Si la concentration sanguine en sodium diminue, la pression osmotique va diminuer et le surplus d’eau va fuir vers les cellules pour tenter de rétablir l’équilibre des pressions de part et d’autre de la membrane cellulaire. Les cellules vont donc être hyper-hydratées.

L’hyponatrémie est responsable de nombreuses autres défaillances somatiques telles que les nausées, les vomissements, l’asthénie (fatigue chronique malgré repos et sommeil corrects), des céphalées (maux de tête), un état de confusion. De plus, en cas d’hyponatrémie brusque, une hypertension intracrânienne va apparaître, causant des troubles de la conscience et des crises convulsives car les neurones sont très sensibles aux variations de sodium.

En absence de traitement, la finalité est la mort de la personne. Le traitement d’une hyponatrémie lié à un TCA passe par le traitement de la potomanie associée. Il s’agit d’un trouble psychiatrique caractérisé par le besoin permanent de boire sans que cela soit nécessaire. Le traitement passe donc par l’éloignement des sources d’eau.

La chute de concentration en phosphore

Baisse de la quantité de phosphore : Le corps humain comprend, en conditions normales, environ 700 grammes de phosphore répartis entre les muscles (20%) et le squelette (80%) pour sa minéralisation (minéralisation des dents également). L’alimentation apporte en moyenne 800 à 1400 mg par jour.

En cas de dénutrition sévère (insuffisance d’apport : anorexie ; vomissements : boulimie), la baisse de phosphore engendrée va être responsable d’importants problèmes cardiaques (diminution de la capacité de contraction du cœur), respiratoires (insuffisance respiratoire), musculaires et nerveux (confusion, agitation, troubles de la conscience). Concrètement, le phosphore ne pourra plus réguler la fixation de l’oxygène sur l’hémoglobine ce qui va impacter l’hématose, processus physiologique consistant à réoxygéner le sang veineux au niveau des poumons. D’autre part, le phosphore intervient dans le mécanisme de production de l’ATP, une molécule très énergétique utilisée pour le fonctionnement de l’organisme. La personne souffrira donc d’une insuffisante respiratoire et d’une fatigue importante. De plus, la diminution du phosphore se répercutera sur le squelette (cf. ostéoporose ci-après).

Le patient sera suivi par un médecin lors de la phase de renutrition. Il prendra notamment des compléments alimentaires à base de vitamine B1 et d’oligoéléments. L’objectif est d’éviter les effets du syndrome de renutrition car la renutrition accélère le métabolisme de base qui n’avait plus l’habitude de fonctionner.

L’hypokaliémie

L’hypokaliémie : il s’agit d’une baisse de la quantité de potassium dans le plasma sanguin en-deçà de 3,5 mmoles/L. Elle est dite sévère en dessous de 2,5 mmoles/L.

Le potassium est l’un des cations (molécule chargée positivement) les plus abondants dans le corps humain. Il intervient dans le maintien d’un pH optimal, en collaboration avec le sodium, ce qui favorise la fixation du calcium sur les os. Par ailleurs, il assure une circulation sanguine cérébrale fluide grâce à un relâchement des vaisseaux sanguins cérébraux. L’influx nerveux est donc facilité et les capacités cognitives s’en trouvent augmentées. En outre, il a un rôle anticoagulant important ce qui prévient les accidents vasculaires cérébraux (AVC).

L’hypokaliémie se traduit pas l’apparition de picotements des extrémités, de la bouche et du nez, une soif intense doublée d’une polyurie (excrétion urinaire supérieur à 2500 ml / jour), des crampes musculaires pouvant aller jusqu’à la paralysie ainsi que des nausées et constipations. En outre, une hypokaliémie peut conduire à un arrêt cardiaque, autrement dit la mort de la personne. Elle est d’ailleurs la première cause de mortalité en cas de trouble du comportement alimentaire.

Dans le cas d’une hypokaliémie lié à un TCA, les causes peuvent être les vomissements, l’utilisation de laxatifs ou de diurétiques. Le traitement passera donc par la suppression des médicaments en jeux. En cas d’hypokaliémie légère sans complication cardiaque, le traitement consistera à manger des aliments riches en potassium. A l’inverse, en cas de défaillance cardiaque due à une hypokaliémie sévère, du chlorure de potassium sera injecté directement par le SAMU (services d’urgence, service de réanimation) par voie intraveineuse afin de remonter le taux de potassium à un niveau non létal.

L’ostéoporose

L’ostéoporose correspond à une baisse de la densité osseuse une des modifications au niveau de la structure même des os. L’os est sensibilisé et des risques de fractures spontanées apparaissent. L’un des signes visible de l’ostéoporose est une réduction de la taille de la personne d’au moins 3 cm. Cette perte s’explique par un affaissement des vertèbres.

Connue pour toucher les femmes ménopausées, l’ostéoporose est une conséquence importante des troubles du comportement alimentaire. Il s’agit de la conséquence la plus fréquente de l’anorexie mentale. Par contre, elle est plutôt rare en cas de boulimie car les malades ont souvent un poids normal.

Le remodelage osseux est intrinsèquement lié aux hormones. Or, dans les TCA, les hormones sont impactées et elles ne peuvent plus jouer leur rôle dans le renouvellement des os. Le degré d’ostéoporose est lié au poids de la personne malade. En effet, plus la personne sera maigre, plus l’ostéoporose sera importante. De plus, un régime pauvre en vitamine D, laquelle permet de fixer le calcium sur les os, conduira à une accélération de l’ostéoporose. De plus, plus le TCA se prolongera dans le temps plus la dégradation osseuse sera importante.

Le seul moyen de retrouver une minéralisation osseuse plus conforme à son âge est la guérison totale de l’anorexie mentale. Il faut pour cela pouvoir manger normalement et consommer des aliments riches en vitamine D, en calcium, en sodium et en potassium. Egalement, il ne faut pas limiter les apports en lipides de bonne qualité car ils aident à l’absorption de vitamine D et améliorent  le fonctionnement neuronal et hormonal. Limiter les bonnes matières grasses est une erreur trop répandue car elles améliorent la satiété, fournissent de l’énergie et ne font pas grossir si elles ne sont pas associées à trop de glucides. Cette alimentation favorisera notamment le retour des règles chez les femmes.

Autres effets néfastes

Il existe d’autres effets négatifs dans les états de grande dénutrition comme :

  • L’apparition d’œdèmes des membres inférieurs. Il s’agit d’un œdème dit « de carence » ou « œdème de famine » qui survient en cas de forte dénutrition du au trouble du comportement alimentaire, notamment l’anorexie mentale.
  • A cet œdème, peut s’ajouter des écoulements de liquide depuis les tissus tapissant les cavités thoracique et abdominale ainsi que l’extérieur des viscères les composant.
  • Ces effets sont également en lien avec une chute du taux d’albumine sanguine car elle empêche la fuite de l’eau plasmatique (partie liquide du sang) vers le reste du corps.
  • Enfin, en cas de boulimie sévère, la personne malade peut avoir une rupture de l’estomac conduisant à la mort de la personne si aucune intervention chirurgicale n’est pratiquée à temps.

IMPORTANT À SAVOIR :

Les TCA peuvent être soignées et si  vous consultez rapidement un médecin, vous limiterez considérablement les risques d’aggravation décrits ci-dessus. Pour en savoir plus, sur comment aider un proche ou comment guérir, consulter le dossier dédié aux TCA.

Pour aller plus loin