VIH / Sida : halte aux idées reçues !

VIH / Sida : la boîte à outils pour se faire dépister

Validé par le
comité médical

Quand faire un test de dépistage ?

Il est recommandé de faire un test :

  • Lorsque l’on a pris un risque, c’est-à-dire lorsque l’on a oublié de mettre un préservatif, que celui-ci s’est déchiré ou que l’on a partagé son matériel d’injection avec une autre personne.
  • Lorsque l’on est dans une relation de couple stable et que l’on souhaite se passer du préservatif.
  • Lorsque l’on a un doute sur son statut sérologique.
  • Lorsque l’on n’a jamais réalisé de test de dépistage : la Haute Autorité de Santé recommande en effet « la proposition d’un test de dépistage de l’infection à VIH au moins une fois au cours de la vie entre 15 et 70 ans ».
  • Lorsque l’on appartient à un groupe à risque (hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes en raison des microlésions que les rapports anaux peuvent occasionner, utilisateurs de drogues par injection puisque le virus peut se transmettre d’une personne à l’autre à travers le sang, personnes originaires d’Afrique subsaharienne et des Caraïbes du fait de la forte prévalence de la maladie dans ces espaces géographiques). Selon les dernières recommandations de la HAS, « la fréquence du dépistage auprès de ces populations clés doit être augmentée et inscrite dans la durée. »

Les différents tests de dépistage

Le test Elisa de 4ème génération

Il s’effectue par prélèvement sanguin et consiste à rechercher la présence d’anticorps anti-VIH et/ou de l’antigène p24 dans le sang du patient. Les résultats sont généralement obtenus trois à sept jours après la prise de sang.

Où le faire ?

Ce test peut être réalisé dans un laboratoire d’analyses médicales ou par une infirmière libérale, sur prescription d’un médecin. Il peut également être effectué gratuitement et anonymement dans un CeGIDD (Centre Gratuit d’Information, de Dépistage et de Diagnostic).

À quel moment ?

Le test Elisa de 4ème génération peut être effectué dès le 15ème jour après la dernière prise de risque. Toutefois, il faut compter six semaines pour confirmer une séronégativité.

En cas de résultat positif, celui-ci doit être confirmé par une seconde prise de sang (test Western-Blot).

 

Le Test de dépistage Rapide à Orientation Diagnostique du VIH (TROD)

Il s’agit d’un simple prélèvement par piqûre du doigt. La goutte de sang recueillie est ensuite mise en contact avec plusieurs solutions réactives permettant de mettre en évidence la présence d’anticorps anti-VIH. Les résultats sont généralement obtenus en quelques minutes seulement.

Où le faire ?

Il peut être réalisé dans un CeGIDD (Centre Gratuit d’Information, de Dépistage et de Diagnostic) qui propose ce type de test. Il peut également être effectué lors de journées de dépistage organisées par des associations.

À quel moment ?

Le TROD peut être effectué trois semaines après la dernière prise de risque. Il faut cependant compter douze semaines pour confirmer une séronégativité.

Un résultat positif doit être quant à lui confirmé par une prise de sang (test Elisa).

 

L’autotest de dépistage du VIH (ADVIH)

Disponible en France depuis septembre 2015, l’ADVIH s’effectue par prélèvement d’une goutte de sang au bout du doigt à l’aide d’un autopiqueur. Il faut compter entre 15 et 30 minutes pour obtenir un résultat.

Où le faire ?

Il s’achète en pharmacie (le prix oscille entre 25 et 30 euros) et s’effectue à domicile, en toute autonomie. Le kit se compose d’un autopiqueur, d’une compresse, d’un pansement, d’une lingette désinfectante, d’un support et d’un embout test capable de détecter la présence d’anticorps anti-VIH.

À quel moment ?

Les autotests fournissent un résultat fiable à 99% s’ils sont réalisés trois mois après la dernière prise de risque. Tout comme pour le TROD, un résultat positif devra être confirmé par une prise de sang classique.

 

Le traitement prophylactique post-exposition (TPE)

Après une prise de risque datant de moins de 48 heures, il est possible de prendre un traitement prophylactique post-exposition au VIH (TPE). Pour être efficace, celui-ci doit être débuté le plus rapidement possible : idéalement dans les quatre premières heures suivant l’exposition.

Pour en bénéficier, il faut s’adresser au service d’urgence d’un hôpital où un médecin évaluera le risque pris et décidera si une prescription médicamenteuse est nécessaire.

D’une durée de quatre semaines, le TPE repose sur l’association de trois médicaments antirétroviraux (trithérapie) dont l’objectif est d’empêcher la dissémination du VIH au sein de l’organisme.

Léna Meynard

« Il faut, avec les mots de tout le monde, écrire comme personne » disait Colette.

Cette citation résume la ligne de conduite que Léna s'est fixée, il y a maintenant cinq ans, lorsque elle a choisi de faire de l'écriture son métier.

« Il faut, avec les mots de tout le monde, écrire comme personne » disait Colette.

Cette citation résume la ligne de conduite que Léna s'est fixée, il y a maintenant cinq ans, lorsque elle a choisi de faire de l'écriture son métier.

Professeur Yazdan Yazdanpanahn

Le professeur Yazdan Yazdanpanahn est le chef du service des maladies infectieuses et tropicales à l'Hôpital Bichat – Claude Bernard à Paris.

Maladies infectieuses et tropicales – Bichat

Le professeur Yazdan Yazdanpanahn est le chef du service des maladies infectieuses et tropicales à l'Hôpital Bichat – Claude Bernard à Paris.

Maladies infectieuses et tropicales – Bichat

Pour aller plus loin