La pyramide de Maslow : la satisfaction des besoins humains

En 1943, le psychologue américain Abraham Maslow (1908-1970) propose dans son article «A Theory of Human Motivation » une classification des besoins humains. Il construit pour cela une pyramide constituée de cinq grandes catégories, allant du niveau 1 (la base) au niveau 5 (le sommet de la pyramide).

Selon lui, le passage d’un niveau à l’autre ne peut s’effectuer que si le besoin du niveau inférieur est satisfait, mais cette affirmation a été critiquée par ceux qui se sont penchés sur ses travaux. Malgré cela, cette pyramide est une façon intéressante de réfléchir aux conditions de l’épanouissement de l’être humain :

Thumbnail

Pyramide de Maslow

 Niveau 1 : Les besoins physiologiques

Ils sont liés à la survie des individus ou de l’espèce. Ce sont des besoins concrets (respirer, boire, faire ses besoins, manger, dormir, se réchauffer), dont la satisfaction est primordiale pour permettre à l’homme de consacrer du temps à d’autres aspirations. Soulignons que la présence à ce niveau du besoin de reproduction est sujette à discussion. En effet, ce dernier, utile pour l'espèce, ne semble pas nécessairement présent chez tout individu, c'est pourquoi les interprétations divergent.

Dans notre vie moderne, hormis les cas particuliers et dramatiques, faisant suite le plus souvent aux graves accidents de la vie (perte d’emploi, rupture familiale…), ces besoins sont en général satisfaits et permettent ainsi à l’homme d’envisager plutôt sereinement les autres aspects de sa vie. Notons néanmoins que les personnes les plus démunies (les SDF par exemple, dans nos sociétés), lorsqu’elles sont interrogées sur ce qui leur manque le plus, évoquent souvent le manque affectif et le manque de reconnaissance de la part de leurs semblables, plutôt que leurs conditions de vie matérielle…

Niveau 2 : Le besoin de sécurité

Il consiste à pouvoir se protéger contre les différents dangers qui nous menacent. On y trouve le besoin d'un abri (logement, maison), la sécurité des revenus et des ressources, la sécurité physique (contre la violence, la délinquance, les agressions, etc.), la sécurité morale et psychologique, la stabilité familiale ou, du moins, une certaine sécurité affective, ainsi que la sécurité sociale (santé).

Pendant l’enfance et l’adolescence, ces besoins sont normalement assurés par les parents et la famille. Par la suite, c’est l’accès à un métier et à l’autonomie financière qui permettent de satisfaire les conditions d’une vie en sécurité. Mais là encore, il semble bien que ces éléments ne constituent que les fondations sur lesquelles pourra se construire une vie heureuse : seuls, ils ne suffisent pas pour garantir l’atteinte de l’épanouissement personnel.

Niveau 3 : Le besoin d’appartenance

Cette catégorie est en lien avec la dimension sociale de l’individu : l’être humain a besoin de se sentir accepté par les groupes dans lesquels il vit (famille, travail, association...). Ce besoin passe par l’appropriation de son identité propre (nom, prénom), mais également par celui d'aimer et d'être aimé.

C’est la raison pour laquelle chez les enfants orphelins, les enfants adoptés ou confiés à des familles d’accueil, des troubles psychologiques importants peuvent exister. Si des réponses satisfaisantes (intellectuellement, mais aussi et surtout affectivement) ne sont pas apportées à cette question fondamentale de l’inscription dans une généalogie, une famille humaine (« D’où je viens ? »), cela constitue bien souvent un frein important au développement harmonieux de l’individu.

Niveau 4 : Le besoin d’estime

C’est le prolongement du besoin d’appartenance. L’individu souhaite être reconnu en tant qu’entité propre (avec ses qualités, ses savoir-faire et ses savoir-être) au sein des groupes dans lesquels il évolue. Pour que ce besoin soit satisfait, cela nécessite une certaine forme de reconnaissance et de valorisation, que ce soit dans les relations personnelles ou dans le monde du travail… C’est la raison pour laquelle la reconnaissance du salarié (sous forme de rémunération mais aussi de valorisation des efforts accomplis et des résultats obtenus) est un élément clé du bien-être dans le monde professionnel. Dans le même registre, il est important de se rappeler que l’on ne dit jamais assez à nos proches qu’on les aime… !

Niveau 5 : Le besoin de s’accomplir

Sommet des aspirations humaines, ce besoin vise à sortir d’une condition purement matérielle pour atteindre l’épanouissement. C’est par exemple le besoin de participer, fût-ce modestement, à l'amélioration du monde ou, en tout cas, de donner un sens à sa vie. C’est ce point particulier qui semble cruellement faire défaut dans un monde qui devient de plus en plus matérialiste et individualiste, axé sur la réussite sociale et la performance… Et l’homme dans tout ça ? Que deviennent les valeurs d’humanisme, d’altruisme, de service rendu sans contrepartie autre que le plaisir de se sentir utile ? Dans un monde où tout devient objet d’échange monnayable (même l’eau que nous buvons, l’air que nous respirons, voire nos organes ou le ventre des femmes pour porter des enfants…), il est urgent de se rappeler que ce qui compte vraiment pour l’homme ne s’achète pas : le temps de vivre et l’amour de ses proches, qui semblent être des éléments essentiels du bonheur !

Sources

Sites internet

maternage.free.fr/bebes_faim_amour.htm
okinawablog.fr/les-centenaires-dokinawa-solidarite-prevention-riz-vapeur/
www.agoravox.fr/actualites/sante/article/okinawa-les-secrets-du-record-18187

Articles

« A Theory of Human Motivation », Abraham Maslow
« L'accomplissement de soi : De la motivation à la plénitude », Abraham Maslow
« Devenir le meilleur de soi-même : Besoins fondamentaux, motivation et personnalité », Abraham Maslow

Livres

« Moi P, consonne indigo », MIR
« Adrien, ou la colère des bébés », Pr. Jean Pierre RELIER
« Imparfaits, libres et heureux », Christophe ANDRE
« Plaidoyer pour le bonheur », Matthieu RICARD
« Okinawa », Jean-Paul CURTAY

Pour aller plus loin